Been enjoying our Fixing Aid podcast? We'd love to hear from you!

  1. Accueil
  2. Monde

10 tendances clés pour une année de déplacements record

Carrying whatever possessions they can, women arrive in a steady trickle at a camp for Internally Displaced People (IDPs) established next to a base of the African Union Mission for Somalia (AMISOM) near Jowhar.
Women arrive at a camp for internally displaced people in Somalia (Tobin Jones/UN Photo)

Les médias s’intéressent généralement à ceux qui tentent de fuir les conflits et les violences lorsqu’ils traversent une frontière internationale et deviennent des réfugiés. Or, la majorité des personnes contraintes de fuir leur foyer trouvent refuge à l’intérieur des frontières de leur propre pays. Ce sont des « personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays », ou des PDIP. À la fin 2014, leur nombre s’élevait à 38 millions, soit plus de deux fois le nombre total de réfugiés dans le monde.

Le Centre de surveillance des déplacements internes (IDMC) a récemment publié son aperçu annuel des tendances mondiales. Voici les principaux chiffres et les points importants qui ressortent de son rapport de 99 pages :

• Le principal message est que les déplacements internes ont atteint un niveau sans précédent. Onze millions de personnes ont été nouvellement déplacées en 2014, ce qui représente une augmentation de 15 pour cent du nombre total de PDIP par rapport à 2013. « Au cours des 10 dernières années, l’IDMC n’a jamais présenté une estimation aussi élevée du nombre de personnes nouvellement déplacées en l’espace d’un an », indique l’étude.

• La majeure partie des nouveaux déplacements (60 pour cent) ont eu lieu dans cinq pays. L’Irak occupe le premier rang, avec au moins 2,2 millions de PDIP ayant fui les régions tombées sous le contrôle du groupe État islamique (EI). Des combats violents ont déplacé 1,3 million de personnes au Soudan du Sud, tandis que le conflit en Syrie a entraîné le déplacement de 1,1 million de personnes en plus des 6,5 millions qui avaient déjà quitté leur foyer. Les violences en République démocratique du Congo (RDC), principalement dans l’est du pays, ont contraint 1 million de personnes à abandonner leur maison et l’expansion de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria a déplacé un peu moins de 1 million de personnes.

• Comme on pouvait s’y attendre, la région Moyen-Orient et Afrique du Nord est celle qui a enregistré le plus grand nombre de nouvelles PDIP. Ses près de 12 millions de PDIP comptent désormais pour 31 pour cent du total mondial. Le nombre de déplacés en Syrie est plus élevé que dans n’importe quel autre pays au monde, mais on enregistre également une hausse en Irak, en Libye et au Yémen.

• L’Afrique centrale abrite près de 8 millions de PDIP. La région a également enregistré des niveaux élevés de nouveaux déplacements en 2014, principalement au Burundi, en République centrafricaine (RCA), en RDC, au Tchad, au Soudan et au Soudan du Sud.

• Le conflit prolongé qui sévit en Colombie est à l’origine de la majeure partie des 7 millions de PDIP en Amérique latine, mais de nouveaux déplacements ont aussi eu lieu au Guatemala, au Honduras, au Mexique et au Salvador à la suite de violences associées au trafic de drogue et à la présence de gangs.

• L’Asie du Sud-Est est la seule région ayant enregistré une faible baisse. Cela s’explique notamment par la diminution du nombre d’incidents violents survenus au Myanmar et aux Philippines, les pays ayant les plus grandes concentrations de PDIP.

• La majeure partie des nouveaux déplacements ont été provoqués par l’émergence de groupes armés non étatiques comme État islamique au Moyen-Orient, Boko Haram en Afrique de l’Ouest, les forces séparatistes dans l’est de l’Ukraine et les groupes criminels en Amérique latine. « Les conflits armés d’aujourd’hui exposent les civils aux dangers comme jamais auparavant », indique le rapport.

• Si le nombre total de PDIP continue d’augmenter chaque année, c’est parce qu’une grande partie d’entre elles sont incapables de retourner chez elles, de s’intégrer dans des communautés d’accueil ou de s’installer ailleurs, même après plusieurs années loin de leur foyer. Celles qui sont déplacées depuis longtemps reçoivent généralement moins d’attention et d’aide de la part des bailleurs de fonds, des médias et de la communauté humanitaire et sont plus à risque de multiples fuites.

• Les femmes et les enfants sont souvent les premiers à fuir et ils restent donc déplacés plus longtemps que les hommes, qui ont tendance à rester derrière pour se battre ou protéger la maison familiale. Les femmes et les filles sont particulièrement vulnérables aux problèmes associés aux déplacements.

• Le rapport sous-estime probablement l’ampleur réelle du déplacement en raison des difficultés et des différences dans la façon de collecter les données sur les PDIP dans les divers pays. Les PDIP qui vivent dans les camps et qui peuvent être comptabilisées plus facilement représentent seulement une fraction de la population déplacée. La majeure partie des déplacés se réfugient dans les zones urbaines, où ils deviennent presque invisibles.

ks/ag -gd/amz 

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join