1. Accueil
  2. Corne de l'Afrique

Quel avenir pour IRIN ?

For the IRIN survey
(IRIN)

Chère lectrice,
Cher lecteur,

Peut-être avez-vous eu écho des débats publics dont l’avenir d’IRIN a récemment fait l’objet, suscités notamment par cette pétition en ligne, lancée de manière indépendante par une lectrice basée aux États-Unis la semaine dernière. Afin de dissiper tout malentendu, nous tenons à vous exposer nous-mêmes la situation.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) a pris les mesures nécessaires pour assurer notre financement cette année, mais nous ne disposons d’aucune garantie budgétaire au-delà du 31 décembre 2014. Avec les encouragements et le soutien d’OCHA, dont nous dépendons depuis nos débuts en 1995, nous prenons actuellement les mesures requises pour nous lancer en tant que service de nouvelles et d’analyses humanitaires indépendant.

Sous sa nouvelle forme, IRIN sera encore mieux placé pour rendre compte des complexités d’une industrie humanitaire pesant 18 milliards de dollars par an. Grâce aux informations que vos réponses à nos enquêtes et évaluations récentes nous ont permis de recueillir, nous œuvrons déjà à la restructuration de nos services pour gagner en vivacité, en pertinence et en réactivité.

Cette évolution est l’élément central d’un plan de transition qui inclut la recherche d’éventuels financements et structures de partenariat pour le nouvel IRIN. Ce plan, qui contemple également les soutiens nécessaires pour éviter une fermeture soudaine le 31 décembre, est actuellement à l’étude par la direction d'OCHA.

La réinvention d’IRIN offre une perspective réjouissante, mais le temps presse et le climat de financement est difficile. Malgré tous nos efforts, nous n’avons aucune garantie de réussite.

Les choses ont bien changé depuis le temps où nous envoyions des fax quotidiens sur la crise de la région des Grands Lacs. Ce qui n’a pas fléchi, c’est notre engagement en faveur d’une couverture durable des crises, surtout dans les régions du monde souvent négligées pas les médias grand public.
 
Mark Bidder
Responsable par intérim et directeur des opérations
IRIN

(N’hésitez pas à nous faire part de vos idées et commentaires à l’adresse suivante : [email protected] )


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join