1. Accueil
  2. Asia
  3. Pakistan

La pression monte sur les réfugiés afghans

Afghan refugees head home from Pakistan, which has appeared less willing to host them in recent years Abdul Majeed Goraya/IRIN
Le Pakistan fait pression sur les quelque 2,8 millions de réfugiés afghans enregistrés et non enregistrés pour qu’ils retournent dans leur pays d’ici à la fin de l’année 2012.

Le gouvernement a indiqué qu’il ne renouvèlerait pas les cartes d’identité des 1,8 million de réfugiés afghans enregistrés.

La semaine dernière, Habibullah Khan, le secrétaire du ministère des États et des Régions frontaliers, a dit aux médias : « La communauté internationale souhaite que nous étudions cette politique, mais notre position est claire. Les réfugiés représentent une menace pour la loi et l’ordre, la sécurité, la démographie, l’économie et la culture locale. Ça suffit.

« Nous ne prévoyons pas de prolonger la validité des cartes de « preuve d’enregistrement » des réfugiés afghans au-delà du 12 décembre 2012. Les réfugiés enregistrés perdront leur statut de réfugié. Ils seront traités aux termes de la loi nationale. Il a d’ores et déjà été demandé aux gouvernements provinciaux de considérer les réfugiés non enregistrés comme des immigrés clandestins ».

« L’espace d’asile se rétréci, car le gouvernement pakistanais est déterminé à renvoyer une majorité d’entre eux en Afghanistan », a dit Aamir Fawad, un agent de protection du Haut Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR). « Nous négocions avec le gouvernement pour qu’il propose une prolongation, mais nous ne savons pas ce qui va se passer ».

En juin, le Pakistan a accepté de différer le rapatriement forcé de 400 000 Afghans qui avaient été regroupés à Peshawar en raison de leur présence illégale sur le territoire.

« Une pression croissante s’exerce sur eux pour qu’ils s’installent dans les camps ou qu’ils rentrent dans leur pays », a dit à IRIN un travailleur humanitaire qui a préféré garder l’anonymat. « Chaque jour, je vois des responsables de la sécurité les harceler. Ceux qui vivent dans des villages de réfugiés subissent également la pression des propriétaires. Mais d’un autre côté, la situation en Afghanistan ne les encourage pas à rentrer ».

eo/cb-mg/amz

Partager cet article

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join