1. Accueil
  2. Moyen-Orient et Afrique du Nord
  3. Yémen

La sélection d'IRIN : bailleurs de fonds, attaques contre les humanitaires et statistique douteuse

A young boy sits amid rubble all that remains of his home – which was destroyed in an air strike – in Okash Village, near Sana’a, the capital.
April 4, 2015 
FROM UNICEF - "Permission granted for one-time use in a context that accurately represent
()

Voici la liste des lectures recommandées par IRIN. Chaque semaine, notre réseau mondial de correspondants spécialisés partage sa sélection d’articles de recherche, d’interviews, de rapports, de billets de blogues et d’articles de fond à ne pas manquer pour rester au fait de l’actualité mondiale en matière de crises. Nous signalons également les conférences importantes à venir, les publications de livres et les débats sur les politiques.

A lire : notre Top 5

Humanitarians Under Attack: Tensions, Disparities, and Legal Gaps in Protection [Attaques contre les travailleurs humanitaires : tensions, disparités et vide juridique en matière de protection]

En 2013, les attaques contre les travailleurs humanitaires ont atteint un niveau record (155 personnels humanitaires ont été tués, 178 autres ont été grièvement blessés et 141 ont été enlevés). Ce rapport, rédigé dans le cadre du programme de formation avancée sur l'aide humanitaire (Advanced Training Program on Humanitarian Action, ATHA) de l'académie humanitaire de Harvard (Humanitarian Academya Harvard), étudie la protection des personnes qui sont amenées à travailler dans des environnements dangereux. Il relève les « disparités souvent occultées » concernant les risques encourus par les professionnels de l'humanitaire en fonction de leur désignation (personnel national ou international), de leur genre et de leur appartenance organisationnelle. Il met aussi en lumière « la fragmentation et les lacunes importantes » du système de protection des travailleurs humanitaires au regard du droit international, ainsi que la « culture de l'impunité dont les auteurs de ces attaques jouissent ».

Why Yemen’s peace talks failed [Les raisons de l'échec des négociations de paix au Yémen]

 Une analyse juste et claire de l'échec des négociations de paix au Yémen, signée par Stephen W. Day, professeur en Affaires internationales et auteur de « Regionalism and Rebellion in Yemen: A Troubled National Union ». Ce texte publié dans le Washington Post soutient que les problèmes du Yémen tiennent au manque criant de cohésion nationale qui, selon M. Day, n'a guère été pris en compte par les acteurs extérieurs, tels que l'Arabie saoudite et les États-Unis, « qui craignent une montée de l'instabilité et de l'insécurité en cas de division du pays ». Il ajoute : « Avant cette guerre, ce sont principalement les acteurs extérieurs qui ont dit que l'unité yéménite était bien réelle, et ce sont les gouvernements étrangers et les organismes de prêt qui ont alloué des fonds à un pays au bord de la banqueroute ».

The Limits of Gulf Arab Aid: Energy Markets and Foreign Policy [Les limites de l'aide des États arabes du Golfe : marchés de l'énergie et politique étrangère]

Les émirats arabes du Golfe sont devenus des acteurs majeurs de l'aide humanitaire et du développement. En 2013, les Émirats arabes unis (EAU) étaient le principal donateur de l'aide publique au développement (APD) et, en 2014, l'Arabie saoudite est devenue le huitième bailleur de fonds humanitaires dans le monde, avec notamment une enveloppe de 500 millions de dollars octroyée pour répondre à la crise en Irak. Ce rapport examine cette tendance qui se confirme – ainsi que les aides financières et militaires allouées par les États arabes – dans le contexte politique régional. Karen Young, auteure de ce rapport et chercheuse rattachée au Centre d'études sur le Moyen-Orient de l’École d'économie et de sciences politiques de Londres, se demande si le montant de ces chèques est bien raisonnable compte tenu des conditions économiques actuelles. 

Education in emergencies and protracted crises: toward a strengthened response [L'éducation dans les situations d'urgence et de crise prolongée : vers un renforcement de la réponse]

On estime que 37 millions d'enfants en âge de fréquenter l'enseignement primaire ou secondaire ne sont plus scolarisés dans les pays affectés par les conflits. Si l'éducation est l'instrument le plus efficace pour réduire la pauvreté des populations affligées par les conflits, elle est souvent négligée (et/ou insuffisamment financée) dans les situations d'urgence. Ce rapport a été établi afin de servir de document de base pour le Sommet d'Oslo sur l'éducation pour le développement. Ses auteurs sont Susan Nicolai, Sebastien Hine et Joseph Wales de l'Institut de développement d'outremer (Overseas Development Institute, ODI) de Londres. Le rapport offre une analyse statistique et analytique détaillée de l'éducation dans les situations d'urgence et émet plusieurs recommandations pour améliorer les taux de fréquentation scolaire.

17 years in a refugee camp: on the trail of a dodgy statistic [Dix-sept ans dans un camp de réfugié : retour sur une statistique douteuse]

Nous l'avons probablement tous citée à un moment ou à un autre, mais la statistique selon laquelle la durée moyenne d'un séjour en camp de réfugiés est de 17 ans est-elle correcte ? Benjamin Thomas White, blogueur et universitaire, en doute. D'après l'édition 2006 de la publication du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, 'Les réfugiés dans le monde', « On estime que la durée moyenne des grandes crises de réfugiés, prolongées ou non, est passée de 9 ans en 1993 à 17 ans en 2003 ». M. White souligne que la situation a beaucoup changé depuis 2003 et que ce chiffre de 17 ans ne concerne pas spécifiquement les populations hébergées dans les camps.

Interactif :
The Gaza platform [La Gaza platform]
  
Lancé à l'occasion du premier anniversaire du déclenchement de la guerre de Gaza de 2014, le site d'Amnesty International propose des informations détaillées, et notamment une carte interactive des offensives menées par les forces israéliennes sur Gaza, ainsi que des rapports, des photos, des vidéos, des témoignages et des images satellite. Ce site a pour objectif de devenir un portail d'information vivant, de rassembler des informations sur de futures offensives et de donner une place aux témoignages, aux photos, aux vidéos et aux enregistrements audio. Les contributions des organisations, des témoins sur le terrain et des journalistes sont les bienvenues.

A voir :

Internal displacement: Lessons learned after 20 years and challenges ahead [Déplacement interne : les leçons de 20 années de situations de déplacements internes et les défis à venir]

Les discussions du panel du Projet Brookings-LSE sur le déplacement interne sont un événement à ne pas manquer pour quiconque s'intéresse à la question du déplacement et aux tendances des politiques humanitaires internationales. Des experts expriment ouvertement leur point de vue sur la réponse de la communauté internationale aux défis croissants du déplacement interne et sur les changements à apporter pour améliorer la réponse. Elizabeth Ferris (codirectrice du projet Brookings-LSE sur le déplacement interne), Joel Charny (vice-président des politiques et pratiques humanitaires pour InterAction), Alfredo Zamudio (directeur de l'Observatoire des situations de déplacement interne), Hansjoerg Strohmeyer (directeur des politiques d'OCHA, l'organe de coordination de l'aide d'urgence des Nations Unies) et Niels Harild (spécialiste du développement et des déplacements à la Banque mondiale) ont participé à ces discussions.

Une publication d'IRIN :

Araya's story [L'histoire d'Araya]

La majorité des migrants qui ont obtenu le statut de réfugié en Europe souhaitent réunir leur famille le plus vite possible, mais les procédures de regroupement familial des réfugiés mises en place par de nombreux États membres sont  de plus en plus contraignantes et complexes. Les journalistes d'IRIN ont rencontré une réfugié érythréenne qui a témoigné de son expérience du système après un périple qui l'a menée de l'Éthiopie jusqu'au Royaume-Uni en passant par l'Irak, la Turquie, la Grèce et la France. 

lr /am-mg/amz 

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join