1. Accueil
  2. Europe
  3. France

Comment financer l’aide humanitaire dans le monde musulman

Gulf dignitaries attend the opening of a 12-13 September meeting in Kuwait City organized by the UN Office for Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA), Direct Aid and the International Islamic Charitable Organization
(Heba Aly/IRIN)

Lors d'une conférence au Koweït sur les partenariats dans le domaine de l'action humanitaire, des représentants de Qatar Charity ont fait une annonce impromptue.

Après s’être brièvement entretenus par téléphone la veille au soir avec le siège de l’ONG (organisation non gouvernementale), ils avaient décidé d’investir jusqu'à 10 millions de dollars dans des projets réalisés en partenariat avec d'autres organismes. Ils ont déclaré qu’ils doubleraient toute offre de quiconque serait prêt à se joindre à eux (jusqu’à 10 millions de dollars) pour participer à la réalisation de projets en réponse à la crise syrienne.

« L'argent est disponible... Notre mécanisme de prise de décision est simplifié », a par la suite déclaré à IRIN Ibrahim Zainal, directeur exécutif adjoint de Qatar Charity pour le développement international. « Nous avons de l'expérience, nous sommes présents sur le terrain, nous avons déjà mis sur pied des programmes. Il s’agit seulement de le refaire. »

Un représentant du Croissant-Rouge du Qatar a tout de suite levé la main pour investir trois millions de dollars dans des projets communs avec Qatar Charity. Ensuite, l'ONG turque IHH a annoncé qu'elle allait dépenser 25 millions de dollars pour la crise syrienne en 2014. Puis, l’ONG Islamic Relief s’est manifestée à son tour en annonçant 20 millions de dollars de nouveaux fonds. Et avant que quiconque dans le public n’ait compris ce qui se passait, avant que les organisations humanitaires elles-mêmes n’aient discuté, des projets valant des millions de dollars voyaient le jour. Au moment de quitter la salle de conférence, M. Zainal s’est retrouvé entouré d’organisations désireuses de puiser dans le financement nouvellement acquis et de solliciter des partenariats.

ha/rz-fc/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join