1. Accueil
  2. Moyen-Orient et Afrique du Nord
  3. République arabe syrienne

Crise oubliée en Syrie : l'assainissement

A Syrian refugee child plays with a tub of water in Jordan's Za'atari camp. Many Syrians - both inside and outside their country - cannot access enough clean water or sanitation
(Heba Aly/IRIN)

Les bombes, les affrontements et les bombardements aériens ont fait au moins 92 000 morts en Syrie, selon Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme. Or, des millions de personnes — même davantage si l'on considère l'ensemble de la région — sont menacées par un problème souvent passé sous silence : l'assainissement.

La chaleur estivale, les pénuries d'eau potable, le délabrement du système de santé, les défaillances des services de gestion des déchets et la surpopulation dans les refuges ont conduit à une multiplication des maladies potentiellement mortelles.

Le manque d'hygiène et d'assainissement est de plus en plus préoccupant à mesure que la température monte. « Les épidémies sont inévitables », a écrit l'Organisation mondiale de la santé le mois dernier.

Jusqu'à 8 000 Syriens quittent chaque jour leur pays, souvent pour s'installer dans des camps surpeuplés dans les pays voisins. Comme le démontre l'ampleur de ces mouvements de population, le risque ne se limite pas seulement à la Syrie. Des maladies qui n'avaient pas été signalées depuis des années, voire des décennies, ont réapparu en Turquie et en Jordanie.

« La communauté internationale doit désormais sérieusement considérer l'aggravation de la situation humanitaire et sanitaire comme une menace pour la sécurité de la région et pour les propres intérêts des pays », ont écrit Adam Coutts et Fouad M. Fouad, médecins en santé publique, dans la revue médicale The Lancet le 29 juin.

À venir, plusieurs articles d'IRIN sur cet aspect oublié de la crise syrienne :

Pour en savoir plus, consultez les alertes de l'Organisation mondiale de la santé et de l'UNICEF à l'approche de l'été, l'appel récent de deux médecins à prendre la crise de santé publique syrienne plus au sérieux et les précédents articles d'IRIN sur le manque d'eau et d'assainissement et l'affaiblissement du système de santé en Syrie.

ha/cb


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join