The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Myanmar

Allégement des sanctions - Les minorités ethniques appellent à la prudence

Zipporah Sein,  a Karen activist and general-secretary of the Karen National Union (KNU)
(Contributor/IRIN)

L’Union européenne (UE) a annoncé dernièrement la suspension des sanctions pour une année, ne conservant que l’embargo sur les ventes d’armes. Mais des groupes de minorités ethniques birmanes exhortent la communauté internationale à fixer des repères ou des étapes plus précis pour la levée progressive des sanctions internationales.

« Aujourd’hui plus que jamais, il est important de faire entendre nos voix, » a dit à IRIN Zipporah Sein, secrétaire générale de l’Union nationale Karen (KNU), le 27 avril. « Si les sanctions doivent être levées, il faut absolument mettre en place des repères spécifiques. » Beaucoup sont convaincus qu’un réel progrès vers la démocratie ne peut avoir lieu tant que ce pays, connu autrefois sous le nom de Birmanie, n’aura pas fait la paix avec tous ses groupes ethniques.

Considérée comme un élément essentiel pour le développement du Myanmar, la suspension des sanctions de l’UE annoncée le 23 avril est vue comme une nouvelle reconnaissance des récentes réformes politiques du président birman U Thein Sein ; des réformes qui incluent la libération de centaines de prisonniers politiques, de nouvelles lois autorisant les syndicats et la grève, un assouplissement graduel des restrictions sur les médias, et des accords de cessez-le-feu avec divers groupes ethniques rebelles.

La division ethnique

Le gouvernement birman a [toujours] eu des relations conflictuelles avec ses minorités ethniques qui représentent environ un tiers des 54 millions d’habitants du pays ; beaucoup se battent pour obtenir davantage d’autonomie ou la sécession pour leur région depuis que le pays a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1948.

Au week-end, les leaders du Conseil Fédéral des nationalités unies (UNFC), une coalition rassemblant 11 des groupes ethniques birmans les plus importants – dont les Mon, les Chan, les Karenni, les Chin et les Kachin – ont publié une déclaration annonçant qu’ils étaient prêts à rencontrer le négociateur en chef du Myanmar, U Aung min, afin de présenter leur version d’une feuille de route pour une paix durable.

A la fin de 2011, le gouvernement a lancé des initiatives de paix avec plusieurs des armées ethniques du Myanmar.

« L’UNFC a la même position que Daw Aung San Suu Kyi [leader de la Ligue nationale pour la démocratie, la LND, le principal parti d’opposition birman], » a indiqué le vice-président de la KNU, David Tharc Kabaw, durant la rencontre qui s’est tenue en Thaïlande du nord près de la frontière birmane. « Nous soutenons [le principe de] l’Etat de droit, de l’amendement de la constitution et la construction de la paix intérieure. »

M. Tharc Kabaw, comme certains membres de l’UNFC, maintient que le dialogue politique, et non le développement des ressources, doit être la priorité une fois que le cessez-le-feu aura été obtenu dans tout le pays.

Assouplissement des sanctions

La décision de l’Union européenne d’assouplir les sanctions fait suite à l’annonce de Washington indiquant que les Etats-Unis s’apprêtaient à relâcher une partie des restrictions financières imposées au pays, pour soutenir certains projets humanitaires et de développement.

« Ces [changements] sont une réponse à ce que nous considérons comme des élections parlementaires tout à fait positives, » a déclaré dans un communiqué du 17 avril Mark Toner, porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères.

Moins d’une semaine plus tard, le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda annonçait à son tour que son gouvernement allait à nouveau accorder des prêts au Myanmar et annulait 3,7 milliards de dollars de la dette détenue par cette nation pauvre, après les élections partielles au Myanmar, qui ont permis au parti d’Aung San Suu Kyi, au début du mois d’avril, de gagner 43 des 44 sièges en jeu.

Selon le Japan Times, quelque 61 million de dollars ont également été promis pour aider les minorités ethniques, améliorer les soins médicaux et pour d’autres programmes de développement rural ; des projets de prévention des catastrophes doivent également être mis en place. Le Canada quant à lui a suspendu ses sanctions le 24 avril.

Des repères s’imposent

A scene at the Warabung displaced persons camp in Kachin State, northern Myanmar December 2011

Contributor/IRIN
A scene at the Warabung displaced persons camp in Kachin State, northern Myanmar December 2011
http://www.irinnews.org/photo/
Vendredi, décembre 23, 2011
Ethnic minorities call for caution as sanctions ease
A scene at the Warabung displaced persons camp in Kachin State, northern Myanmar December 2011

Photo: Contributor/IRIN
Des milliers de Kachin sont déplacés le long de la frontière avec la Chine

Des appels à la prudence se font cependant entendre, en particulier dans les régions birmanes habitées par les minorités ethniques. « La suspension des sanctions de l’UE maintient la pression sur le gouvernement birman en l’obligeant à poursuivre les réformes, tout en donnant clairement un signal positif que les véritables réformes seront récompensées, » a déclaré Anna Roberts, directrice exécutive de Burma Campaign UK. « Si on veut que la menace de la réimposition des sanctions soit crédible, l’UE doit définir des délais et des repères précis. »

Le 26 avril, devant le sous-comité des affaires d’Asie de l’Est et du Pacifique de la Commission du Sénat américain chargée des affaires étrangères, Joseph Yun, sous-secrétaire adjoint du Bureau des Affaires d’Asie de l’Est et du Pacifique du ministère des Affaires étrangères des Etats-Unis, a rappelé : « Dans l’Etat de Rakhine, la discrimination systématique envers les Rohingya et le déni des droits humains restent déplorables. Dans l’ensemble, le legs de cinq décennies de régime militaire, avec ses lois répressives, son appareil sécuritaire omniprésent, sa justice corrompue et sa censure des médias, n’est que trop évident. »

Les affrontements continuent dans l’Etat de Kachin, dans le nord du Myanmar, et les milliers de personnes déplacées qui vivent dans des camps se préparent à affronter la prochaine mousson.

« Pour l’heure, le nombre de PDI [personnes déplacées dans leur propre pays] est en hausse » en bordure des zones contrôlées par la Kachin Independent Organisation (KIO), a indiqué le secrétaire général de la KIO, M. La Ja.

« On compte quelque 75 000 déplacés internes dans l’Etat de Kachin. Avec le début de la saison des pluies, ils vont avoir besoin d’abris, de nourriture et de médicaments. »

Les chiffres utilisés par l’ONU pour ses prévisions varient entre 50 et 55 000 déplacés mais
l’accès international aux zones qui se trouvent aux mains de l’Armée pour l’Indépendance du Kachin (KIA) reste limité.

Selon M. La Ja, l’augmentation du nombre de soldats des troupes gouvernementales et la multiplication des attaques sont en contradiction avec les paroles de paix proférées par le gouvernement.

« La première étape pour nous, c’est le retrait et le changement de position des troupes gouvernementales. Ces troupes sont en effet si proches des troupes de la KIA que cela pourrait provoquer de nombreux problèmes et un conflit sans fin. »

ss/ds/he-og/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join