1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Madagascar

Nouveaux films sur le changement climatique et l’adaptation

In a country that relies almost exclusively on charcoal as a cooking fuel, wood is one of the few resources left for Madagascans to exploit
Dans un pays qui dépend essentiellement du charbon de bois comme combustible pour la cuisine, le bois est l’une des rares ressources que les Malgaches peuvent exploiter (David Gough/IRIN)

IRIN Films a le plaisir d’annoncer le lancement de deux nouveaux épisodes de la série Avis de tempête, de court-métrages sur le coût humain du changement climatique.



Cette série traite des conséquences du changement climatique en Afrique et en Asie. Cette fois-ci, nous braquons les projecteurs sur Madagascar, la quatrième île du monde par sa superficie et l’une des nations les plus pauvres.



A Madagascar, on estime que 65 pour cent d’une population de 19 millions vit avec moins d’un dollar par jour et le pays vit depuis bien longtemps au rythme des crises politiques. Le changement climatique ne fait qu’aggraver les soucis.



Selon une étude menée par Mark Tadross, directeur de recherche au Climate Analysis Group de l’université de Cape Town, il est prouvé de façon très claire que les températures ont augmenté et que les régimes de précipitations ont changé à Madagascar au cours des quatre dernières décennies.



M. Tadross, l’un des auteurs du 4ème Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), a indiqué que leur étude montrait que les températures maximales avaient augmenté de 1,9 degré Celsius entre 1961 et 2005 et les pluies hivernales diminué dans les régions sud-est du pays au cours de la même période.



Des sécheresses récurrentes dans le sud du pays ont mis la population dans une situation de famine chronique et provoqué des taux de malnutrition sévères.



Dans le premier de ces films, nous nous intéressons à l’industrie du charbon de bois dans le sud de Madagascar, pour découvrir comment la sécheresse prolongée a poussé les paysans, que leurs champs desséchés ne peuvent plus nourrir, à chercher dans les forêts un moyen de subsistance. Dans un pays qui dépend essentiellement du charbon de bois comme combustible pour la cuisine, le bois est l’une des rares ressources qui leur restent à exploiter.



Le résultat est que des régions comme celles de la forêt d’Afaty n’ont plus de forêt que le nom.












Get the Flash Player to see this player.

Le réalisateur de films d’IRIN, David Gough, partage ses impressions sur l’exploitation des forêts de Madagascar


Les forêts malgaches sont aussi d’une importance considérable, parce que Madagascar abrite cinq pour cent de toutes les espèces végétales et animales du monde entier ; et parmi celles-ci, 80 pour cent ne se trouvent nulle part ailleurs sur la Terre, selon le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE).



Depuis la fin des années 1950, plus de 80 pour cent des forêts ont disparu, selon le PNUE, faisant de l’écosystème de cet Etat insulaire l’un des plus menacés du monde.

Plus au sud, les communautés sont à la merci de l’avancée inexorable du sable ; les dunes, balayées et emmenées par le vent, occupent le vide laissé par des terres agricoles complètement ruinées par des années de sécheresse.



Dans les villages comme Androka, le sujet de notre second film le sable et les inondations ont forcé des centaines de personnes à fuir. Certains ont trouvé refuge dans de nouvelles villes, mais demeurent à la merci des ravages du climat. Aux abords immédiats d’Androka, un paysan se démène pour cultiver un maïs de piètre apparence qu’il a eu grand mal à faire pousser dans le sable.



« Autrefois le sol ici était ferme et on pouvait y faire des cultures ,» a t-il dit. « Mais de nos jours, j’aurai de la chance si j’arrive à produire un peu de maïs. S’il ne se met pas à pleuvoir bientôt, nous serons obligés de nous déplacer à nouveau. »



dg/mw/jk/bp – og/amz



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join