1. Accueil
  2. Monde

Les bailleurs de fonds méritent quelques compliments

Boy takes part in cleaning up earthquake rubble at a church/school building in the Martissant neighbourhood of Port-au-Prince. March 2010
(Nancy Palus/IRIN)

A la fin du mois de juin, à peine un peu moins de la moitié des 9,5 milliards de dollars sollicités par les Nations Unies et les organisations non gouvernementales (ONG) pour répondre aux urgences dans le monde en 2010 avait été donnée – un montant qui dépasse les espérances étant donné le climat économique morose, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).



« Maintenir les budgets de l’aide humanitaire cette année, dans le contexte de récession et de pression budgétaire, a constitué une prouesse réelle pour de nombreux bailleurs de fonds », a dit John Holmes, Coordinateur des secours d’urgence des Nations Unies, dans un communiqué.



« Je les exhorte à persévérer dans cet effort pour s’assurer que les personnes frappées par une catastrophe ou un conflit reçoivent l’aide dont elles ont désespérément besoin pour le reste de l’année ».



Les niveaux de financements humanitaires ont légèrement baissé comparé aux 4,6 milliards de dollars reçus à la mi-2009. La Suède, la Guyane et le Luxembourg ont été les bailleurs les plus généreux, en termes de pourcentage de dépense humanitaire par rapport au Produit intérieur brut, tandis que le Japon, l’Australie et les Pays-Bas ont été les moins généreux.



Malheureusement, les besoins recensés sont croissants dans certaines urgences, y compris dans le cas du Sahel, où au moins 10 millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire, a dit à IRIN Stephanie Bunker, porte-parole d’OCHA. « Nous devons maintenir l’élan que nous avons observé jusqu’à maintenant », a-t-elle dit.



Environ 2,4 milliards de dollars ont été ajoutés à l’appel global initial, principalement pour Haïti, la République centrafricaine et le Sahel, mais cela pourrait encore augmenter. Jusqu’à maintenant, 64 pour cent du milliard de dollars en faveur d’Haïti ont été promis, ainsi que 31 pour cent des 568 millions de dollars pour l’Afrique de l’Ouest, bien que la portion de cet appel dédiée au Niger soit financée à hauteur de 58 pour cent, selon OCHA.



Plus de la moitié de l’ensemble des appels humanitaires – soit 5,2 milliards de dollars – a été lancée en faveur de cinq pays : l’Afghanistan, Haïti, la République démocratique du Congo, le Soudan et les Territoires palestiniens occupés.



En dehors du Sahel et du Tchad, qui effectue sa recherche de financement séparément, Mme Bunker a dit que le Kenya et le Yémen figuraient également sur la liste des pays suscitant l’inquiétude pour OCHA. Les appels en faveur de certaines crises de moindre envergure font même encore moins bien – le Guatemala financé à hauteur de 25 pour cent et la Mongolie qui a recueilli à peine 10 pour cent du montant requis. « Chaque dollar que l’on n’obtient pas se traduit par quelque chose qui n’est pas fait ; c’est aussi simple que cela », a-t-elle commenté.



Le Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) a injecté 1,98 milliard de dollars pour combler les déficits de certains appels insuffisamment financés, mais OCHA a noté que les ressources de ce fonds étaient limitées.



aj/he/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join