1. Accueil
  2. Asie
  3. Tadjikistan

Cinq mois plus tard, toujours sous la tente

Tojiksoy residents are still struggling to rebuild their homes and livelihoods
(Alimbek Tashtankulov/IRIN)

Aziza Alinazarova, âgée de 13 ans, passe chaque jour devant son ancienne école, au cours des trois heures de trajet aller-retour qu’elle doit parcourir pour se rendre dans sa nouvelle école située dans le district de Pyani, dans le sud du Tadjikistan.



L’ancienne école d’Aziza, qui se trouve dans le village de Tojiksoy, est abandonnée, gravement endommagée par des inondations et des coulées de boue.



Depuis les inondations d’avril et mai 2009, entre 100 et 150 enfants doivent marcher quatre à cinq kilomètres pour se rendre à l’école la plus proche, selon les habitants ; les inondations ont détruit ou fortement endommagé au moins 32 maisons à Tojiksoy, déplaçant plus de 180 personnes qui vivent toujours dans des tentes, selon le responsable communautaire Toshmuhammad Mavlonov.



Les inondations et les coulées de boue, qui ont touché 40 districts, ont fait 26 victimes, déplacé plus de 3 000 personnes et affecté des milliers d’autres. Plus de 2 000 maisons, hôpitaux, écoles et autres bâtiments ont été gravement endommagé et abandonné, selon l’Appel de relèvement précoce (Early recovery appeal) ‘Inondations et coulées de boue au Tadjikistan’, un rapport de l’Equipe de coordination et d’évaluation rapide des situations d’urgence (REACT, en anglais, une équipe locale comprenant des membres du gouvernement, des agences des Nations Unies et des organisations non gouvernementales, ONG), lancé le 12 août.



Cinq mois après la catastrophe, les communautés touchées se battent toujours pour reconstruire leurs maisons, leurs moyens de subsistance et leurs infrastructures.


Aziza along with 100-150 children of Tojiksoy walks 4-5km to get to the nearest school

Alimbek Tashtankulov/IRIN
Aziza along with 100-150 children of Tojiksoy walks 4-5km to get to the nearest school
http://www.irinnews.org/photo.aspx
Mardi, octobre 6, 2009
Five months on and still living in tents
Aziza along with 100-150 children of Tojiksoy walks 4-5km to get to the nearest school


Photo: Alimbek Tashtankulov/IRIN
Aziza marche presque trois heures par jour aller-retour pour se rendre à l’école la plus proche

Abris



« Notre plus gros problème c’est d’obtenir un toit au-dessus de nos têtes. Beaucoup d’entre nous ont réussi à poser des fondations et à monter des murs de boue, mais nous n’avons pas d’argent pour finir les constructions, parce que nous avons tout perdu pendant la catastrophe. Nous avons besoin d’aide pour les toits – les poutres et les ‘shifer’ [plaques de fibrociment] », a dit M. Maylonov.



Halbi Danivarova, une femme déplacée âgée d’une cinquantaine d’année, a dit à IRIN que sa famille et elle vivaient dans une tente, car les 3 000 somoni [680 dollars] de prêt et le ciment reçu du gouvernement ne permettaient de construire qu’une grange.



« Mon mari et moi sommes retraités et nous ne pouvons pas travailler pour reconstruire la maison. Mon fils est dans l’armée et je n’ai qu’une fille qui reste avec moi. Nous n’avons pas d’argent et nous avons besoin d’aide pour reconstruire notre maison », a-t-elle dit.



Abdusalom Boboyorov, du bureau de l’ONG internationale ACTED basé dans le district de Pyai, a dit à IRIN que Tojiksoy – qui fait partie du conseil local de Namona avec 20 000 habitants – était la zone la plus affectée par les inondations.



«Il n’y a pas d’eau, pas d’électricité, pas de vraie clinique, pas d’école ; tout a été détruit ou gravement endommagé par les coulées de boue. La région est isolée et les gens qui sont touchés n’ont pas reçu l’aide dont ils avaient besoin », a-t-il dit.



Mirzodavlat Saburov, chef de l’administration du district, a dit que les autorités locales n’avaient réussi à reconstruire que quatre maisons avec leurs fonds propres. « Tojiksoy est notre principal problème. Nous leur avons fourni des terrains, des matériaux de construction et tout ce qu’il manque, ce sont les toits. Nous courons contre la montre pour essayer de loger ces gens avant le début des pluies en novembre », a-t-il dit.



« Depuis les inondations…nous avons eu neuf délégations de donateurs, mais nous n’en avons rien obtenu. Nous n’avons pas assez de ressources et nous avons besoin d’assistance », a jouté M. Saburov.


Tojiksoy's water container

Alimbek Tashtankulov/IRIN
Tojiksoy's water container...
http://www.irinnews.org/photo.aspx
Mardi, octobre 6, 2009
Five months on and still living in tents
Tojiksoy's water container...


Photo: Alimbek Tashtankulov/IRIN
Le conteneur d’eau de Tojiksoy

Manque d’eau



Le manque d’accès à de l’eau potable et à de l’eau pour une utilisation agricole était « aigu », d’après M. Saburov.



Danivarova, une survivante des inondations, a dit qu’ils n’avaient pas d’autre option que d’acheter de l’eau livrée par camion : « Nous payons 60 somoni [14 dollars] pour 2 000-3 000 litres. Cela dure environ un mois et nous l’utilisons entièrement pour nos besoins. Nous n’avons pas de conteneur pour cette quantité et parfois nous utilisons un fossé d’irrigation asséché qui est proche. Ce n’est pas sain, mais que pouvons-nous faire ? J’ai dépensé toute ma pension mensuelle juste pour l’eau et la pension de 70 somoni [environ 16 dollars par mois] de mon mari n’est pas suffisante pour notre survie ».



M. Saburov, le chef du district, a dit qu’ils avaient besoin d’une paire de pompes à eau efficaces et d’une source fiable d’électricité.



at/cb/sk/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join