1. Accueil
  2. Afrique

Accès « impossible » à 900 000 déplacés dans l'est du pays

[DRC] Displaced people
Personnes déplacées en RDC (IRC)

L'accès à au moins 900 000 Congolais déplacés à l'est de la République
démocratique du Congo (RDC) reste « impossible », d'après le Bureau des
Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). 500 000 d'entre-eux sont issus du district de l'Ituri, fuyant les affrontements continuels entre communautés Lendu et Hema.

Face à l'instabilité qui continue de frapper la région, il y a tout lieu de
craindre une augmentation du nombre de personnes déplacées, a indiqué
mercredi une ONG humanitaire internationale, World Vision, ajoutant qu'un grand nombre de ces personnes déplacées vivent, dans un état de destitution quasi-totale, dans des camps, des églises, des entrepôts ou auprès de membres de leur familles dans des villes situées dans un périmètre de 200 km entre Bunia et Beni.

La plupart de ces citoyens déplacés vivent à Eringeti, à 50 km au nord de
Beni, et d'autres personnes à Mayi-Moya, Mbau, Mavivi, Ngadi, Mutwanga et
Beni, selon World Vision. Ils ont besoin de nourriture, d'eau potable, d'abris, de médicaments, de couvertures et d'ustensiles de cuisine.

Parallèlement, 400 000 déplacés supplémentaires sont dispersés dans la
province du Sud-Kivu, en grande partie depuis les récents combats opposant les milices congolaises Maï-Maï aux rebelles du Rassemblement congolais pour la démocratie, soutenu par le Rwanda, des affrontements survenus immédiatement après le retrait de toutes les forces rwandaises selon les termes de l'accord de paix du 30 juillet signé à Pretoria, la capitale administrative de l'Afrique du Sud.

D'après des sources bien informées, les organisations humanitaires
poursuivent des négociations avec les autorités des factions Maï-Maï et le
RCD-Goma, en vue d'avoir accès à l'ensemble des zones sous leur contrôle respectif.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join