1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

Aggravation des souffrances humaines

Les niveaux de souffrances humaines continuent de s'aggraver dans la région des Grands Lacs - principalement au Burundi - où le nombre des personnes déplacées à l'intérieur et des réfugiés a légèrement augmenté à 3,01 millions et 1,14 million respectivement, a rapporté le Bureau de l'ONU de coordination des affaires humanitaires (BCAH/OCHA).

Dans un examen régional concernant les populations affectées dans les Grands Lacs au 31 septembre, OCHA a informé que le Burundi et l'est de la République démocratique du Congo restaient les régions de préoccupation majeure, « où l'absence d'accès humanitaire demeure un obstacle majeur pour une assistance efficace de la communauté internationale ».

Il a en outre indiqué que l'insécurité alimentaire frappe la région toute entière en raison soit de la sécheresse soit des pluies torrentielles (comme au Burundi et au Rwanda) ou par le « propre fait de l'homme ». Il a ajouté que « les énormes déplacements » de population dans la région ont fait que les terres agricoles ont été négligées, réduisant ainsi le stock alimentaire. Le résultat fut la malnutrition et la vulnérabilité à des maladies telles que la méningite, la rougeole, le paludisme et le choléra. Face à cette pénurie, les populations affamées ont souvent dû manger les semences qui leur servaient pour planter les cultures.

« Cela est nettement évident en RDC », a rapporté OCHA.

Un pourcentage élevé de la population des Grands Lacs a été confronté à une pauvreté extrême, à l'absence d'activité de subsistance, à la présence de groupes armées, à la violence sexuelle, à une hausse des maladies sexuellement transmissibles, et à des violations flagrantes des droits de l'homme », a poursuivi OCHA. La maladie et le conflit ont donné lieu à une « augmentation générale » du nombre d'enfants orphelins, en particulier à cause du VIH/Sida. Citant une ONG sans la nommer, OCHA a révélé que 13 pour cent de tous les foyers au Rwanda sont actuellement dirigés par des enfants.

L'autre tendance alarmante, a-t-il ajouté, est la violation des principes humanitaires de la part des groupes armés. La conséquence en a été de prendre comme cible, d'enlever ou de « tuer les travailleurs humanitaires », a-t-il indiqué.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join