1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Namibie

Les forces de l'ordre tirent en l'air pour éviter des affrontements

Les forces de l'ordre gambiennes ont tiré en l'air lundi soir pour éviter des affrontements entre les partisans du président et ceux de l'opposition dans les banlieues de la capitale, Banjul, ont rapporté les organes d'information qui citent des responsables de la police.

Plusieurs milliers de personnes étaient descendues dans les rues à Serrekunda pour acclamer le principal candidat de l'alliance de l'opposition, Ousainou Darboe, de retour de sa tournée de campagne dans les régions rurales. La police a signalé qu'elle avait tiré en l'air pour disperser la foule car elle craignait une confrontation avec les partisans du président Yahyah Jammeh, qui se trouvaient à proximité. Il n'y a pas eu de blessés, selon les informations des médias.

Il y a eu plusieurs incidents violents depuis le 26 septembre, début de la campagne pour les élections présidentielles de jeudi. Dimanche, plusieurs personnes avaient été blessées dans des accrochages entre des supporters rivaux, a rapporté la BBC. Il y a également eu des allégations de fraudes. L'opposition a accusé le parti au pouvoir d'avoir fabriqué de fausses cartes électorales, a ajouté la BBC. Une délégation de quatre membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) devrait arriver à Banjul vers le milieu de la semaine pour surveiller le scrutin présidentiel, a rapporté la PANA en citant lundi des responsables proches de la CEDEAO.

M. Jammeh, de l'Alliance for Patriotic Reorientation and Construction au pouvoir, s'était emparé du pouvoir à l'issue d'un putsch sans effusion de sang en 1994, et avait gagné aux élections deux années plus tard. Les autres candidats présidentiels sont Sheriff Mustapha Dibba, du Parti de la Convention nationale, Hamat Bah, du Parti de la réconciliation nationale et Sidia Jatta, de l'Organisation démocratique du peuple pour l'indépendance et le socialisme.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join