1. Accueil
  2. Afrique

Faim extrême au Soudan du Sud

40 000 personnes dans une situation catastrophique 

A nutritionist measures a woman's middle upper arm circumference in Fashoda County, South Sudan to see if she is malnourished.
A nutritionist measures a woman's middle upper arm circumference in Fashoda County, South Sudan to see if she is malnourished. (Jason Patinkin/IRIN)

Le premier consortium mondial sur la sécurité alimentaire, le Partenariat mondial IPC, évoque une « situation de faim extrême frisant peut-être la famine » dans certaines régions de l'État d'Unité, au Soudan du Sud. 

Une détérioration de la situation est probable, a-t-il déclaré. Par manque d'informations, il est toutefois impossible de déterminer si la situation répond à la définition technique de la famine fixée par l'IPC - un signal fort et poignant. Compte tenu des conflits et déplacements à grande échelle et de la fragilité latente, cette éventualité est envisagée depuis de nombreux mois

Les chiffres obtenus à la fin de l'année dernière (voir le graphique ci-dessous) pourraient bien être dépassés. Le dernier rapport officiel en date estime que 40 000 habitants de l'État sud-soudanais d'Unité vivent une situation alimentaire correspondant au niveau 5 de la classification en cinq phases de l'IPC - la plus dramatique. Selon le groupe IPC, il faudrait davantage de contexte et de données pour déclarer l'état de famine. 

 

 

Ces chiffres sont ceux d'un groupe de travail sud-soudanais dédié à la sécurité alimentaire, auquel le gouvernement appartient.

« Le Soudan du Sud est en chute libre et le monde s'en fiche car les réfugiés sud-soudanais ne viennent pas s'échouer sur les côtes européennes » - un travailleur humanitaire.

Mais des divergences émergent entre les experts rattachés au Partenariat mondial IPC et ceux du groupe local.

Un rapport technique du Comité d'examen d'urgence de l'IPC publié le 10 février conclut à une « situation de faim extrême frisant peut-être la famine » dans certaines régions de l'État d'Unité, en ajoutant toutefois que « l'insuffisance et la fiabilité douteuse des preuves disponibles » ne permet pas de statuer.

Dans un passage soigneusement formulé, le comité suggère que l'insécurité pourrait ne pas être la seule explication à l’absence d'informations fiables, en insinuant que les autorités locales manqueraient de volonté politique. « Le Comité d'examen d'urgence s'inquiète de l'absence apparente d'urgence ou de priorité accordée à une évaluation efficace de la gravité de la situation d'insécurité alimentaire dans les régions touchées par le conflit, et d'un éventuel manque d'engagement de la classe dirigeante pour accéder à ces régions. »

En attendant, les estimations publiques restent inchangées : 40 000 habitants de l'État d'Unité se trouveraient dans une situation « catastrophique », en plus des quelque 2,79 millions de personnes en situation de « crise » ou d'« urgence ». 

 

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join