1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Burkina Faso

Les agences se démènent pour réparer les écoles détruites par les inondations

Flooding has displaced half a million Nigeriens this year
(OCHA)

Le gouvernement du Niger et les agences d’aide humanitaire se démènent pour nettoyer et réparer les milliers d’écoles endommagées par les inondations dues aux pluies de juillet et d’août, qui ont déplacé plus de 500 000 personnes et fait plus de 80 victimes, afin que les enfants retournent à l’école le plus vite possible.

Les régions de Dosso au Sud-Ouest, de Tillabéri à l’Ouest et la région de Niamey, où se trouve la capitale, ont été les plus gravement touchées. Au total, 150 des 366 communes du pays ont été affectées par les pires inondations que le pays ait connues depuis 80 ans, selon Oxfam.

La réponse humanitaire a été déployée rapidement par le gouvernement et les agences d’aide humanitaire : des milliers de colis de produits alimentaires et non alimentaires ont été distribués, selon Modibo Traoré, chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) au Niger, mais les besoins de relèvement sont sous-financés.

Environ 1,5 million de personnes ont été déplacées ou ont perdu leur logement dans les inondations qui ont touché l’Afrique de l’Ouest lors de la dernière saison des pluies, selon OCHA.

Besoins de relèvement précoce

Le gouvernement a préparé un plan de relèvement précoce, « mais il a besoin de financement », a dit M. Traoré.

Le Fonds central d’intervention d’urgence (Central Emergency Response Fund, CERF) a versé environ 2,5 millions de dollars afin de répondre aux inondations, mais aucun fonds n’a été décaissé pour la réhabilitation des écoles, car l’éducation n’est pas considérée comme étant « nécessaire à la survie ».

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) va recevoir un million de dollars pour réhabiliter 1 000 centres de soins de santé endommagés, situés pour la plupart dans les régions de Dosso et Tillabéri.

Les écoles sont censées ouvrir leurs portes le 27 septembre, mais la rentrée risque d’être différée – de plusieurs semaines pour certains établissements – indiquent des travailleurs humanitaires. « Il y a encore beaucoup de choses à faire. Il nous faudra plus de deux semaines pour y arriver », a dit à IRIN Weifane Ibrahim, coordinateur du programme Éducation d’Oxfam au Niger.

Inondations en Afrique de l’Ouest en 2012
Nombre de personnes affectées par les inondations à la mi-septembre
Pays Personnes affectées Décès
NIGER 527,471 81
TCHAD 465,896 34
SENEGAL 287,384 19
NIGERIA 134,381 173
BURKINA FASO 44,706  
CAMEROUN 29,591 14
GAMBIE 20,822 6
RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE 13,700 4
MALI 11,161  
GHANA 2,491  
MAURITANIE 505  
TOGO 134  
BENIN*   4
*À confirmer

Suite aux inondations, des familles déplacées se sont réfugiées dans 80 écoles et d’autres bâtiments publics, mais la plupart de ces bâtiments ont été évacués ; les familles, qui ont reçu des bons d’achat et des produits de base, ont été encouragées à s’installer chez des familles d’accueil.

« Plus vite les écoles seront évacuées, plus vite nous pourrons reprendre les cours », a dit Hima Achana, secrétaire en communication du Syndicat national des enseignants au Niger.

« Le relèvement précoce est une priorité – les logements, les écoles, les centres de soins de santé, les centres communautaires, les mosquées et les points d’eau doivent être reconstruits », a souligné M. Traoré.

Environ 7 000 hectares de cultures ont été détruits dans les inondations, et les fermiers ont besoin d’outils et de graines afin de reprendre leurs activités.

Réinstallation forcée

Un nombre trop important de familles vivent sur des terres inondables situées le long du fleuve Niger et doivent être relogées, indique le gouvernement. Bon nombre d’entre elles bloquent les eaux de ruissellement du fleuve, aggravant ainsi les inondations, tandis que certaines familles de la région de Niamey se sont installées sur le lit de la rivière, qui est asséché pendant une grande partie de l’année.

Aichatou Boulama Kane, gouverneur de Niamey, a annoncé que les familles seraient relogées au cours des prochains mois, soulignant que le gouvernement avait identifié des lieux adéquats.

Cette approche s’est révélée infructueuse par le passé ; en 2010, quelque 900 familles ont reçu 1 000 dollars pour se reloger, mais elles se sont finalement réinstallées sur leur ancien lieu d’habitation, qui se trouvait près de la rivière et était donc adapté à l’agriculture irriguée. Cependant, le gouvernement, à l’époque un gouvernement de transition, est aujourd’hui bien en place et l’opération devrait être un succès, a avancé M. Traoré.

Les milliers de familles originaires de Niamey et qui ont perdu leur logement appellent aujourd’hui le gouvernement à les aider à trouver des abris temporaires et à entamer la reconstruction.

À Saga 1, un village situé au bord de la rivière en périphérie de Niamey, bon nombre de familles sans logement se sont installées chez des proches ou des amis et attendent l’aide. « Ils nous ont demandé de quitter les écoles qui nous hébergeaient, mais pour l’instant personne ne nous a montré le site où nous allons nous installer », a dit Mahamane Issa, 40 ans.

Le gouvernement a promis de répondre à leurs attentes avec l’aide de ses partenaires.

bb/aj/rz-mg/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join