1. Accueil
  2. Asie
  3. Sri Lanka

Ce qu’il ne faut pas faire en matière de gestion de l’eau

Lack of safe drinking water is already a major concern in some parts of Sri Lanka's dry zone
(Amantha Perera/IRIN)

Le mois dernier, des riziculteurs en colère ont bloqué des routes importantes des régions de Minneriya et de Girithale, dans le district de Polonnaruwa, dans le nord-est du Sri Lanka. Ils se sont plaints que le gouvernement n’avait pas relâché suffisamment d’eau pour permettre à leur riz de pousser. Ils ont dit avoir perdu 50 000 hectares de cultures, soit l’équivalent de 1,75 million de kg de riz.

Ananda Edirisuriya, qui a participé aux manifestations, accuse le Département de l’irrigation de ne pas avertir les agriculteurs des pénuries d’eau imminentes.

« Nous devons savoir à l’avance s’il y aura une sécheresse et quelle sera l’ampleur de l’impact sur nous. Pour le moment, [les autorités] se contentent d’envoyer des responsables qui nous annoncent qu’il n’y a plus d’eau au plus fort de la sécheresse », a-t-il dit à IRIN. « Il est alors trop tard, car nous avons déjà ensemencé. »

R.M.P. Karunaratane, directeur adjoint du Département de l’irrigation de Polonnaruwa, a reconnu que les faibles pluies étaient en partie responsables de la pénurie, mais qu’elle avait surtout été causée par l’absence de lâchers d’eau dans les réservoirs principaux qui alimentent les réservoirs locaux relevant de son bureau.

« Nous ne savons pas non plus grand-chose au sujet des sécheresses imminentes parce que nous n’avons pas accès à des prévisions détaillées », a ajouté M. Karunaratane, expliquant que les informations contenues dans les bulletins locaux qu’il reçoit par fax du Département d’irrigation central et du Département météorologique sont souvent insuffisantes pour informer adéquatement les agriculteurs au sujet de la disponibilité de l’eau.

M. Edirisuriya a dit que les obstacles bureaucratiques étaient aggravés par l’utilisation de grandes quantités d’eau par les hôtels de la région. « En cas de sécheresse, il doit y avoir des priorités, et l’agriculture devrait être la priorité numéro un », a dit l’agriculteur, exaspéré.

En mars, le ministère de l’Agriculture a conseillé aux agriculteurs de réduire de plus d’un tiers la quantité de riz semé pendant la saison rizicole actuelle – qui va de mai à septembre – et d’opter pour des cultures alternatives moins gourmandes en eau telles que les oignons, les pommes de terre, les piments et le maïs.

Préoccupations liées à l’eau

Les agriculteurs, les responsables et les représentants de la société civile estiment que l’administration actuelle ne parvient pas à gérer efficacement les ressources en eau du pays. Cette mauvaise gestion entraîne des pénuries et des conflits potentiels dans ce pays insulaire qui dépend de l’eau pour son agriculture et son réseau électrique. La sécheresse actuelle attire l’attention sur ces failles.

« Nous sommes témoins de nombreuses situations tendues dans les communautés confrontées à des problèmes en lien avec l’eau comme la pollution et la sécheresse », a dit à IRIN Kusum Atukorale, présidente de l’organisation non gouvernementale (ONG) Sri Lanka Water Partnership. Elle a notamment parlé d’un incident survenu en juin 2013. Selon des rapports des médias locaux, des soldats auraient ouvert le feu et tué trois personnes qui manifestaient contre la pollution de l’eau dans un village du district de Gampaha – à environ 40 km au nord-est de Colombo.

Elle a ajouté que si le pays n’agissait pas pour améliorer la coordination de l’action administrative en matière d’eau, les pénuries chroniques et les conflits communautaires pourraient devenir encore plus courants.

« Ce dont nous avons besoin, c’est d’un mécanisme intégré pour la surveillance des ressources en eau qui ferait consensus auprès de tous les secteurs et parties prenantes », a ajouté Mme Atukorale.

Complexe, chaotique

Ce n’est pas que le gouvernement ne s’intéresse pas à l’eau – le parlement srilankais a en effet ratifié plus de 51 lois sur l’eau et plus de 40 organismes publics travaillent activement sur des questions liées à l’eau. L’absence d’une administration centrale chargée de superviser et de coordonner les efforts en la matière peut cependant créer le chaos et rendre inutiles de bonnes politiques.

« Les décisions [en matière de gestion de l’eau] sont prises par les départements et les agences gouvernementales dans les zones qui relèvent de leur autorité. Il n’y a pas de coordination nationale », a dit Badra Kamaladasa, directrice générale du Département de l’irrigation.

La sécheresse a aggravé les défis dans la zone sèche du Sri Lanka, une région agricole importante qui accueille environ 40 pour cent des 20 millions d’habitants du pays.

« La situation est très grave [dans la zone sèche] et les pertes de récolte risquent d’être très importantes », a dit Rajith Punyawardena, climatologue en chef au Département de l’agriculture du Sri Lanka.

Mme Kamaladasa, du Département de l’irrigation, a dit que la capacité des principaux réservoirs d’irrigation du pays oscillait entre 30 et 40 pour cent pendant la dernière semaine de mai. Le niveau d’eau des réservoirs doit être d’au moins 60 pour cent pour que la saison rizicole actuelle puisse atteindre son rendement moyen, qui est d’environ 402 000 hectares.

« Il faudrait que nous ayons une assez bonne mousson pour que la prochaine saison de culture ne soit pas affectée », a dit Mme Kamaladasa, évoquant les craintes que les pluies de mousson de 2014 ne soient pas suffisantes.

ap/kk/oa-xq/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join