Been enjoying our Fixing Aid podcast? We'd love to hear from you!

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

La dure vie des victimes de la poliomyélite en Sierra Leone

The young male polio survivors set off early in the morning to cover the streets of Freetown, hoping to gather any small change. They visit the mosques and churches and wait outside upscale restaurants and banks
Polio survivors in the streets of Freetown (Aug 2013) (Felicity Thompson/IRIN)

La guerre civile en Sierra Leone a laissé des dizaines de milliers de personnes mutilées, dont un grand nombre d’amputés. Or, si une aide a été apportée aux victimes de la guerre, les personnes handicapées pour d’autres raisons doivent lutter pour survivre.

En Sierra Leone, les handicapés ont encore plus de difficultés à obtenir des soins de santé, une éducation et un emploi que le reste de la population.

Malgré l’absence de données, on estime que les victimes de la poliomyélite représentent une part importante de la population handicapée du pays. Nombre d’entre eux sont arrivés à Freetown pendant ou après la guerre en quête de sécurité, d’un abri et d’un emploi. Rares sont ceux qui ont trouvé du travail et la plupart ont recours à la mendicité. Beaucoup d’entre eux ont du mal à trouver un endroit où dormir.

 Voir le diaporama

Plus de 200 victimes de la polio et leur famille vivent dans de petites pièces séparées par des murs en carton, dans un bâtiment appartenant au gouvernement situé dans le centre de Freetown. L’immeuble est surpeuplé et ne dispose que de quelques toilettes et un espace de lavage. Les familles étant de plus en plus nombreuses, la situation sera bientôt intenable.

Cette communauté est dirigée par la Handicapped Youth Development Organisation (HYDO), un groupe dont les membres sont handicapés.

La HYDO prévoit de mettre à disposition des handicapés un lopin de terre que l’organisation a acheté à Waterloo, dans la banlieue de Freetown, sur lequel ils pourront travailler, cultiver et vivre. Mais la tâche s’annonce rude pour la communauté, qui dispose de peu de moyens.

ft/ob/rz-ld


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join