1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Ouganda

Un bref historique de la fièvre hémorragique

Colorized Marburg virus particles viewed with a transmission electron microscope
The Marburg virus is from the same family as Ebola (Dr. Tom Geisbert/CDC)

En Ouganda, le ministère de la Santé appelle au calme alors qu’il tente de localiser, au sein de la population, les personnes qui ont été en contact avec des victimes contaminées par un nouveau foyer d’épidémie du virus de Marburg dans le sud-ouest du pays.

Le virus de Marburg – une fièvre hémorragique de la même famille que le virus Ebola – se caractérise par de violents maux de tête et des malaises, suivis de saignements multiples. Selon le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), le taux de létalité de cette souche se situe entre 23 et 90 pour cent. Le virus, pour lequel il n’existe aucun vaccin ou traitement spécifique, se transmet par contact direct avec le sang, les sécrétions corporelles ou les tissus des personnes infectées. 

Selon l’Organisation mondiale de la santé des Nations Unies, le nombre de cas signalés dans le district de Kabale, au sud-ouest, s’élevait à neuf au 21 octobre et avait causé la mort de cinq personnes. Le jour suivant, au moins un cas supplémentaire - une femme originaire de Kabale – s’est déclaré à l’hôpital de Mulago dans la capitale Kampala.

L’épidémie de Marburg a suivi de près l’épidémie d’Ebola qui a sévi en juillet dans l’ouest de l’Ouganda. IRIN a compilé un bref historique des cas d’Ebola et de Marburg dans le pays.

1967 – En Allemagne et en Yougoslavie, 31 chercheurs qui manipulaient des singes verts africains importés d’Ouganda ont été contaminés par le virus Marburg ; sept d’entre eux ont succombé.

2000 – Dans le nord et l’ouest de l’Ouganda, une épidémie de la souche Ebola Soudan a touché plus de 400 personnes et en a tué plus de 220. Selon le CDC, les principaux risques de transmission incluent : la présence aux funérailles de personnes contaminées par le virus, les soins aux patients sans mesures de protection adaptées ou le contact avec des membres de sa famille infectés.

2007 – Quatre mineurs ont été contaminés par le virus Marburg dans une mine d’or et de plomb du district de Kamwenge dans l’ouest de l’Ouganda ; deux d’entre eux sont décédés.

2007/2008 – La première épidémie signalée de la souche Ebola Bundibugyo nouvellement identifiée – qui tire son nom du district de l’ouest ougandais – a touché 131 personnes et a fait 42 victimes.

2008 – Un Américain a été atteint par le virus de Marburg alors qu’il explorait une grotte dans la forêt de Maramagambo, à l’ouest de l’Ouganda. Il a été diagnostiqué à son retour aux États-Unis, mais s’est complètement rétabli. Une autre voyageuse, originaire cette fois des Pays-Bas, avait également visité une grotte à Maramagambo la même année, et a été diagnostiquée à son retour de vacances ; elle a succombé au virus. Il semblerait qu’ils aient été contaminés par des chauves-souris, porteuses des virus Marburg et Ebola.

2011 – En mai, une personne est décédée de la souche Ebola Soudan dans le district central de Luwero.

2012 – En juillet, une épidémie de la même souche du virus Ebola a contaminé 24 personnes et en a tué 17, dans le district ouest de Kibaale. Le 4 octobre, les experts ont déclaré que le virus Ebola était éradiqué en Ouganda.

2012 – En octobre, le virus Marburg a fait au moins cinq victimes dans le district sud-ouest de Kabale.

kr/rz-fc/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help us be the transformation we’d like to see in the news industry

The current journalistic model is broken: Audiences are demanding that the hierarchical, elite-led system of news-gathering and presentation be dismantled in favour of a more inclusive and holistic model based on more equitable access to information and more nuanced and diverse narratives.

The business model is also broken, with many media going bankrupt during the pandemic – despite their information being more valuable than ever – because of a dependence on advertisers. 

Finally, exploitative and extractive practices have long been commonplace in media and other businesses.

We think there is a better way. We want to build something different.

Our new five-year strategy outlines how we will do so. It is an ambitious vision to become a transformative newsroom – and one that we need your support to achieve.

Become a member of The New Humanitarian by making a regular contribution to our work - and help us deliver on our new strategy.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join