1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Soudan

Les réfugiés du Sud-Kordofan restent vulnérables

Residents of Kadugli gathered outside UNMIS sector HQ after fleeing fighting in Kadugli town
(Paul Banks/UNMIS)

Les milliers de personnes qui ont fui l’État du Sud-Kordofan au Soudan pour rejoindre l’État voisin d’Unité au Soudan du Sud sont toujours vulnérables, alors que des inquiétudes demeurent concernant l’accès humanitaire et la sécurité, ont indiqué les Nations Unies.



« Les personnes qui arrivent dans la région seraient très vulnérables, certaines ayant marché pendant deux semaines avec des enfants », a dit Siddartha Shrestha, le chef des communications du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) au Soudan du Sud.



« On constate des taux élevés de malnutrition parmi les nouveaux arrivants, il faut donc mettre en place des interventions nutritionnelles plus efficaces ».



L’UNICEF a fourni quelque 3 000 kg de produits alimentaires d’urgence, comme le Plumpy’Nut, une pâte utilisée dans le traitement des cas de malnutrition sévère.



Quelque 9 200 personnes ont pour l’instant été enregistrées, selon un rapport récent du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).



Si une majorité des arrivants sont des réfugiés, on compte également des personnes rapatriées.



Les personnes affectées par les lourds combats et les frappes aériennes qui ont touché l’État du Sud-Kordofan ont commencé à arriver dans l’État d’Unité en juillet, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.



L’État d’Unité, qui est frontalier des régions soudanaises d’Abyei et du Sud-Kordofan, se trouve déjà aux prises avec le nombre de rapatriés le plus important – 83 851 – entre le 30 octobre 2010 et le 13 septembre 2011, selon l’OCHA.



Les discussions se poursuivent sur le thème d’un possible transfert des nouveaux arrivants sur fond d’inquiétudes concernant la sécurité et l’accès.



« Le grand défi reste l’accès à la région. Actuellement, on peut y accéder par avion jusqu’à la piste d’atterrissage située au nord de la ville de Bentiu, puis en quad sur une certaine distance », a dit M. Shrestha de l’UNICEF.



Les quads ne peuvent cependant transporter qu’un nombre limité de personnes et de produits.



M. Shrestha a dit que l’UNICEF fournissait également de l’aide aux populations vulnérables toujours présentes dans le Sud-Kordofan et avait d’ores et déjà fournit de l’aide humanitaire dans 13 des 19 localités en collaboration avec le gouvernement, ainsi que des organisations non gouvernementales (ONG) internationales et nationales.



« On note toujours beaucoup de besoins humanitaires dans les zones contrôlées par le gouvernement et les zones non contrôlées par le gouvernement », a-t-il indiqué, ajoutant que l’UNICEF-Soudan poursuivait les négociations pour obtenir un accès aux zones non gouvernementales avec un certain succès.



aw/mw-mg/amz



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join