1. Accueil
  2. Asie
  3. Indonésie

Une consommation d’antibiotiques « excessive », selon des spécialistes

Antibiotics. For generic use
(Mr T/Flickr)

La consommation d’antibiotiques a atteint un niveau alarmant en Indonésie, notamment en raison de mauvais diagnostics, de l’ignorance et d’une mauvaise réglementation des médicaments, selon les experts.



« La consommation irrationnelle de médicaments, y compris d’antibiotiques, est un problème mondial, mais selon les conclusions d’enquêtes sporadiques, la consommation d’antibiotiques en Indonésie a atteint un niveau excessif », a dit le docteur Purnamawati, pédiatre et fondateur de Yayasan Orangtua Peduli (la Fondation des parents préoccupés), qui comme de nombreux Indonésiens ne porte qu’un seul nom.



L’enquête la plus récente, menée par la fondation du docteur Purnamawati dans 17 villes d’Indonésie, a révélé que des antibiotiques avaient été prescrits dans 78,4 pour cent des cas de maladies respiratoires et de maladies de l’estomac chez l’enfant en 2008 (contre 54,5 pour cent en 2006). Or, ces maladies sont généralement virales et ne peuvent donc pas être traitées avec des antibiotiques, a expliqué le docteur Purnamawati.



Selon les conclusions de l’enquête, cinq marques de médicaments en moyenne, dont des antibiotiques et des antihistaminiques, avaient été prescrites pour chaque cas d’infection respiratoire, les médicaments génériques représentant moins d’un quart des médicaments prescrits.



« La polypharmacie [prescription d’un trop grand nombre de médicaments] est endémique non seulement à Jakarta, mais aussi dans d’autres villes », a déclaré le docteur Purnamawati à IRIN. « En plus du coût financier, il y a un coût intangible quand on nous prescrit des antibiotiques dont nousn’avons pas besoin. On le paie très cher ».


Plus sur la santé en Indonésie
Les inégalités de genre mettent en danger la santé des femmes
Le surpeuplement carcéral facilite la propagation de la tuberculose
Internet facilite le commerce illégal de reins
Une déclaration du gouvernement sur les vaccins sème la confusion

Les patients qui se sont vu prescrire des médicaments, en particulier des antibiotiques, dont ils n’avaient pas besoin ont en effet moins de possibilités de traitement face aux bactéries résistantes, a expliqué récemment Khanchit Limpakarnjanarat, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Indonésie, lors d’un séminaire.



En Asie du Sud-Est, cette consommation à mauvais escient et l’accès limité à d’autres médicaments demeurent parmi les principaux facteurs contribuant à la mauvaise consommation généralisée des antibiotiques, selon l’OMS. L’organisme onusien mène actuellement une étude approfondie à ce sujet en collaboration avec les autorités publiques indonésiennes.



Selon Hari Paraton, directeur du programme de contrôle de la résistance aux antimicrobiens à l’hôpital du docteur Soetomo, à Surabaya, les patients exigent trop souvent des médecins qu’ils leur prescrivent des antibiotiques car ils pensent que ceux-ci leur permettront de guérir plus rapidement.



« La situation est la même partout en Indonésie », a-t-il dit. « Les médecins, les pharmaciens et le public contribuent au problème ».



atp/nb/ds/mw- nh/amz



La mauvaise consommation de médicaments est problématique en Asie du Sud-Est


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join