1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Côte d’Ivoire

Difficulté d’atteindre les réfugiés ivoiriens

Ivoirian refugees queue to register in Loguatu on the eastern Liberian border with Cote d'Ivoire. December 2010
(Sarah Birke/IRIN)

Les Ivoiriens qui se sont réfugiés dans l’est et le sud-est du Libéria choisissent de s’installer dans des villages plutôt que dans des camps ou des centres de transit, ce qui rend plus difficile le fait de les aider, selon des travailleurs humanitaires.



La majorité des 130 000 Ivoiriens qui ont fui vers le Libéria depuis décembre 2010 est dispersée à travers 90 villages dans les comtés de Nimba et de Grand Geddeh, selon Suleiman Momodu, le porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR).



Les Ivoiriens se sentent plus en sécurité lorsqu’ils résident dans des communautés d’accueil situées juste de l'autre côté de la frontière de chez eux, car ils ont parfois des membres de leur famille dans ces villages, ou bien ils partagent les mêmes origines ethniques avec leurs habitants, selon Anika Krstic, porte-parole du Danish Refugee Council (DRC) à Monrovia, la capitale du Libéria.



Ainsi, un camp de réfugiés à Bahn dans le comté de Nimba, à 50 kilomètres de la frontière, n’abrite que quelque 2 500 réfugiés bien qu’il ait été bâti pour en accueillir jusqu’à 15 000.



De nombreux Ivoiriens retournent dans leur village durant la journée pour veiller sur leurs moyens de subsistance, retraversant la frontière du Libéria la nuit, a dit Mme Krstic. « Avec des mouvements de population en perpétuelle évolution, il est difficile de savoir qui s’est déjà inscrit et qui se fait inscrire pour la première fois », a-t-elle ajouté.



L'absence de routes praticables entrave l’accès à de nombreux villages d’accueil, d'après le DRC, qui contribue à fournir de l’eau et des installations sanitaires dans les centres de transit où des réfugiés sont temporairement logés avant de trouver un abri à long terme.



Les réfugiés qui restent près de la frontière et qui retournent sans arrêt en Côte d’Ivoire se mettent en danger et risquent d’être attaqués, selon le DRC. Des membres des milices se seraient infiltrés dans des villages sur la frontière accueillant des réfugiés, dans le sud-est, mais par la suite ils ont été arrêtés par la police libérienne.



Le 2 avril, Valérie Amos, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, a mis en garde contre un risque potentiel d'expansion de l’instabilité à travers la frontière. « Après des années de guerre, les Libériens voient enfin les bénéfices de l’investissement dans la paix, la sécurité et la stabilité. Nous devons maintenir cela, et assurer que le pays reçoive l’aide dont il a besoin, même lorsqu’il accueille tant de refugiés ».



Les communautés d’accueil ont largement hébergé les réfugiés jusqu’ici, car beaucoup d’entre elles ont été déplacées durant les 14 années de la guerre civile du Libéria. A Puuto, dans le comté de Nimba, un couple a accueilli 75 réfugiés ivoiriens, leur donnant tout leur riz, la majorité de leurs réserves de manioc et tous les vêtements qu’ils pouvaient trouver, selon David Waines, directeur pays de l’ONG Equip. Le couple vient juste d’aider une réfugiée à accoucher, et il est en train de soigner une autre réfugiée qui est très malade.



Cependant, de nombreux villages commencent à être débordés, car les nouvelles arrivées ont fait doubler leur population.



Les autorités locales ont également été très réactives par rapport aux besoins des réfugiés, selon M. Waynes. La Commission de rapatriement et de réintégration des réfugiés du Libéria (LRRRC ) dirige la réponse de l’aide aux réfugiés, travaillant aux côtés du HCR, du Programme alimentaire mondial, du Fonds des Nations Unies pour l’enfance, et des ONGS, incluant Equip, le DRC, le Conseil norvégien pour les réfugiés, Save the Children, et Oxfam.



aj/cb-sk/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join