1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Soudan

Les combats au Darfour forcent des milliers à fuir

[Sudan] Kaltum Saleh Adam in El Salaam IDP Camp, North Darfur. [Date picture taken: 09/10/2006]
The new arrivals are mainly women and children (Derk Segaar/IRIN)

Des dizaines de milliers de personnes continuent à fuir le Darfour, la partie occidentale du Soudan, pour la sécurité des camps de déplacés internes, après les récents affrontements entre les forces gouvernementales et les milices armées.



Le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies (OCHA) estime que 66 000 déplacés internes sont arrivés dans les camps du Nord et du Sud Darfour depuis janvier. Au moins 53 000 vivent dans le camp de Zam Zam de l’Etat du Nord Darfour ou à proximité.



« Les nouveaux déplacés sont surtout des femmes, des enfants et des personnes âgées ; beaucoup d’hommes sont restés pour s’occuper de leurs troupeaux, » a dit Howard Bell, directeur pays de CARE International. « Beaucoup parmi les nouveaux arrivants vivent en plein air, avec les possessions et les animaux qu’ils ont pu emmener avec eux. »



Les agences accélèrent leur activité dans ces zones et mettent leurs ressources en commun pour soutenir ces nouveaux arrivants, » a t-il ajouté. « Outre leurs besoins physiques immédiats – nourriture, abri et eau – les déplacés nouvellement arrivés ont aussi besoin de protection. »



« Nous avons intensifié les patrouilles autour du camp de Zam Zam, pour assurer la protection des déplacés, » a dit Chris Cycmanick, porte-parole de la Mission conjointe de l’ONU et de l’Union africaine au Darfour (MINUAD).



La MINUAD a récemment déclaré que ses patrouilles avaient trouvé des villages déserts et des munitions non explosées au Nord Darfour.



Selon OCHA, certains des nouveaux déplacés disposent d’une carte de ration du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), ce qui laisse à penser qu’il n’en sont pas à leur premier déplacement. L’agence a averti que le manque d’assainissement adéquat augmentait le risque d’épidémies.



La vérification des déplacés se poursuit, mais entre temps, le PAM et le comité International de la Croix-Rouge fournissent nourriture et denrées non-alimentaires aux nouveaux arrivants, tandis que le Fond des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) prévoit de construire des latrines et que les ONG Partner Aid International et Médecins Sans Frontières prodiguent une assistance médicale.



On estime que 1,9 million de personnes ont été déplacées par le conflit, qui a commencé en 2003, quand les forces gouvernementales et les milices alliées se sont mises à affronter les groupes rebelles qui réclamaient une plus grande autonomie pour cette région aride et appauvrie.



kr/mw- og/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join