1. Accueil
  2. Asie
  3. Sri Lanka

Du bétail errant menace les ressources dans le nord

Large herds of  stray cattle still roam freely in Kilinochchi and Mulaithivu Districts threatening cultivations following the decades-long war
(Amantha Perera/IRIN)

Les rapatriés au nord du Sri Lanka luttent pour gérer les 40 000 têtes de bétail errantes qui endommagent leurs récoltes, selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).



« Dans le passé, le bétail errant a toujours été impliqué dans les dommages aux cultures. Cette fois ci, les dégâts sont élevés, car les fermiers n’ont pas mis assez de clôtures autour de leurs terres », a dit à IRIN Ravi Dissanayake, un expert vétérinaire national auprès de la FAO.



Environ 80 pour cent des familles récemment réinstallées dans les districts du nord travaillaient dans l’agriculture avant d’être déplacées, selon l’ONU.



Les animaux ont été abandonnés quand leurs propriétaires ont fui les combats entre les forces gouvernementales et les Tigres de libération de l'Eelam Tamoul (TLET) vaincus, qui se battaient pour une patrie tamoule indépendante depuis plus de deux décennies.



Malgré les efforts continus de la FAO et des autorités pour regrouper, vacciner et rendre ces animaux à leurs propriétaires de plein droit, un grand nombre d’entre eux continue à errer en toute liberté, ce qui rend de nombreux fermiers incertains de ce qu’ils doivent faire.



Les fermiers disent que la majorité des dommages est causée la nuit par un grand nombre de troupeaux errant qui ne peuvent pas être chassés facilement.



« Nous ne voyons les dommages qu’au matin », a dit à IRIN Christine Gurukularajah, 57 ans, qui cultive 45 hectares de riz et de légumes dans le village de Tharmapuram dans le district de Kilinochchi.



Grands troupeaux



Selon la FAO, les troupeaux de bétail qui errent dans le nord du Sri Lanka ne sont pas une nouveauté, avec des troupeaux qui comptent en moyenne entre 20 et 100 animaux et parfois jusqu’à 300.



« C’est un système de culture hautement intensif basé sur le libre pâturage sur des terres abandonnées et le long des routes », a dit M. Dissanayake.



A ce jour, le programme de la FAO pour regrouper les troupeaux errants a rendu près de 20 000 animaux à leurs anciens ou nouveaux propriétaires.



Seize enclos à bétail (10 dans le district de Kilinochchi et six dans le district de Mullaithivu) et 15 paddocks (10 à Kilinochchi et cinq à Mullaithivu) ont été installés dans deux districts. Le regroupement est effectué par 12 organisations de fermiers.



Les animaux qui n’ont pas été réclamés ou dont les propriétaires n’ont pas été retrouvés ont été donnés à des foyers gérés par des femmes.



La gestion du bétail et l’élevage laitier reprennent lentement à Kilinochchi où une entreprise privée a ouvert un centre de collecte du lait. La FAO estime qu’environ 1 200 litres de lait sont collectés chaque jour dans le district.



L’agence fournit également des équipements vétérinaires pour démarrer une clinique vétérinaire dans le district.



Selon l’ONU, plus de 50 pour cent des habitants vivant dans la province du Nord travaillaient dans l’élevage de bétail avant le début du conflit, qui a officiellement pris fin le 18 mai 2010.



ap/ds/mw- sk/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join