Been enjoying our Fixing Aid podcast? We'd love to hear from you!

  1. Accueil
  2. Monde

Se préparer maintenant pour une future hausse de la migration, selon l’OIM

In the Eastern Democratic Republic of Congo, thousands of internally displaced people walk along the main road from Rumang’abo to Goma, fleeing the Kibumba region where fighting is ongoing
(WorldVision)

Les décisions prises par les autorités locales sur l’aménagement du territoire, la réglementation de la construction, et l’accès aux services de santé affectent probablement plus les migrants que les décisions prises au niveau national, « pourtant dans la plupart des pays, la politique migratoire est décidée au niveau national avec peu d’attention à la capacité d’accueil au niveau local, où la politique est habituellement mise en œuvre », dit le ouveau rapport sur l'Etat de la migration dans le monde 2010.



Ce rapport, publié tous les deux ans par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), souligne plusieurs de ces lacunes, et examine jusqu’à quel point certains pays sont préparés pour une hausse de la migration durant les prochaines décennies. Le nombre actuel de 214 millions de migrants dans le monde, selon l’OIM, pourrait s’élever à 405 millions d’ici 2050.



Le rapport dit que les nouvelles tendances dans la migration pourraient être affectées par des taux variables de croissance démographique (qui ralentit dans les pays développés et génère une demande encore plus grande de main d’œuvre) ; par un changement environnemental ; et par des changements dans l’économie mondiale.



L’ « accalmie » actuelle dans la migration internationale, due à la récession économique, selon l’OIM, devrait être utilisée par les pays pour se préparer à des flux plus importants de personnes : le renforcement des capacités et le développement des bases de données pourraient être des domaines où des améliorations s’imposent. Le rapport fournit une liste d’auto-évaluation pour aider les pays et les organisations à évaluer leurs niveaux de préparation.



jk/cb –sk/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join