1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

Un nouvel accord sur les armes suscite l’optimisme

[ROC] Workers in an army artillery base in the eastern Brazzaville neighbourhood of Mpila saw up guns due for the incinerator in a nationwide disarmament effort.<br><br> Une opération de découpage d’armes de guerre avant leur incinération. [Date pict
Workers in an army artillery base in Brazzaville saw up guns due for the incinerator in a nationwide disarmament effort - file photo (Laudes Martial Mbon/IRIN )

Des responsables et des analystes ont exprimé leur optimisme au sujet d’une convention signé le 19 novembre à Brazzaville, la capitale congolaise, qui pourrait réussir à endiguer le flot des armes légères en Afrique centrale, si elle est soutenue par de solides mesures de mise en œuvre.



« Pour la RDC [République démocratique du Congo] qui a eu à connaître pas mal de troubles [liés aux] conséquences… désastreuses des ALPC [armes légères et de petit calibre], un instrument juridique comme la Convention de Kinshasa est quelque chose d’absolument capital », a dit Alexis Thambwe Mwamba, ministre des Affaires étrangères de la RDC.



« Cette convention est peut-être plus importante pour nous par rapport à d’autres pays qui n’ont pas connu de [tels] troubles », a-t-il dit.



Des prix bas signifient que les petites armes sont facilement accessibles. « Avec 50 ou 60 dollars, on peut s’acheter une Kalachnikov », a ajouté M. Mwamba.



« La Convention de Kinshasa est un développement potentiellement significatif pour combattre le trafic illicite et la mauvaise utilisation des armes légères», a dit Eric Berman, le directeur de Small Arms Survey, un institut de recherches basé à Genève.



« Etant donné la prolifération des armes légères et des armes en Afrique centrale et les effets dévastateurs que ces équipements ont eu sur les vies des gens et la capacité à faire respecter l’ordre public, un cadre sous-régional pour s’attaquer à ce fléau mérite l’attention et le soutien international », a-t-il dit à IRIN.



« Pour que de réels progrès significatifs soient faits, les signataires de la convention auront besoin de consacrer durant une période continue – de nombreuses années – les ressources humaines et politiques requises pour traduire ces mots en action ».



Bataille régionale



Francis Wairagu, responsable des recherches et du genre au Centre régional sur les armes légères basé à Nairobi, s’est lui aussi dit optimiste, soulignant que des conventions similaires couvrant d’autres régions en Afrique « avaient été jugées très efficaces ».



« La raison d’être des instruments régionaux repose sur le fait que les armes légères traversent les frontières, donc il n’est pas efficace pour un pays de combattre seul les armes légères », a dit M. Wairagu, dont l’organisation supervise la mise en œuvre de la Déclaration de Nairobi sur le problème de la prolifération des armes légères et de petit calibre dans la région des Grands Lacs et la Corne de l’Afrique, signée en 2000.


La Convention de Kinshasa

La Convention d’Afrique centrale pour le contrôle des armes légères et de petits calibres, les munitions, les parties et les éléments qui peuvent servir pour leur fabrication, réparation et assemblage, également appelée la Convention de Kinshasa, a été signée par l’Angola, le Cameroun, la République démocratique du Congo, le Tchad, le Gabon, la République centrafricaine, la République du Congo et Sao Tome et Principe. Les délégués du Burundi, de la Guinée Equatoriale et du Rwanda ont dit qu’ils avaient besoin d’instructions supplémentaires de leur gouvernement avant de signer.

Une fois en vigueur après que six Etats l’aient ratifiée, la Convention remplira un vide géographique laissé par des conventions similaires en vigueur dans d’autres régions en Afrique.

Grâce à des instruments africains existants, des points focaux nationaux qui fonctionnent ont été établi, les législations nationales harmonisées, des systèmes électroniques de marquage des armes introduits, les stocks plus efficacement surveillés et des dizaines de milliers d’armes en surplus détruites, a-t-il expliqué.



« La plupart des armes illicites commencent leur vie en tant [qu’armes] licites, donc si les armes gouvernementales sont marquées, vous réduisez la possibilité qu’elles deviennent illégales ».



La Convention de Kinshasa « fera une différence parce que certains des signataires

se sont déjà engagés dans d’autres instruments régionaux », pouvant ainsi partager leurs expériences des meilleures pratiques avec des Etats plus « isolés », a dit M. Wairagu.



Mais il a aussi noté que « sans ressources [la Convention] n’irait nulle part » et que les bailleurs de fonds voulant participer ne fourniraient des fonds que si « un plan clair de mise en œuvre » était établi.



La convention prévoit le contrôle des armes et de tous les éléments pouvant servir à la fabrication, réparation et assemblage des armes légères. Elle permettra « le transfert des ALPC entre les Etats, mais sous contrôle strict des autorités nationales », selon le Centre régional pour la paix et le désarment en Afrique des Nations Unies (UNREC).



Elle interdit la possession par les civils d’armes légères et oblige les possesseurs d’armes de petit calibre à obtenir une licence.



« Le trafic illicite des ALPC pose un véritable problème de sécurité humaine à l’échelle mondiale. Il contribue à exacerber les crises et les conflits, y compris en Afrique centrale », a dit Sergio Duarte, représentant des Nations Unies pour le désarmement.



Les armes légères incluent les armes à feu de petit calibre comme les armes de poing, les fusils, les carabines, les armes manuelles, semi-automatiques et totalement automatiques, ainsi que les mitrailleuses légères.



L’artillerie légère comprend une variété de calibres moyens et d’armes explosives, comme les armes anti-personnel portables et celles montées sur des véhicules, les roquettes anti-aériennes et anti-char, les missiles, les lance-grenades et lance-roquettes, les mines terrestres, les armes anti-aériennes, les mortiers et les grenades.



Une étude de 2006 estimait à sept millions le nombre d’armes qui circulaient de manière illicite dans la sous-région d’Afrique centrale, selon Ivor Fung, le directeur de l’UNREC.



lmm/aw/am/mw/sk/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join