Support independent journalism from the heart of crises and join our growing community.

Voir au-delà de l’analyse de rentabilité pour l’adaptation climatique

Manila - Police evacuate an elderly couple from a flooded section of suburban Pasig city east of Manila on 28 September 2009
Manila - Police evacuate an elderly couple from a flooded section of suburban Pasig city east of Manila (Jason Gutierrez/IRIN)

On peut mettre une étiquette de prix pour indiquer le coût de la construction d’une digue destinée à protéger les populations de la montée du niveau des eaux induite par le changement climatique, mais pas pour évaluer la manière dont ces populations en bénéficieront, selon les co-auteurs d’un nouveau document appelant les pays à ne pas se limiter à des analyses de rentabilité.



C’est parce que des pays risquaient de se concentrer exclusivement sur une approche de type analyse de rentabilité que les co-auteurs Rachel Berger, conseillère en politique sur le changement climatique auprès de Practical Action, une organisation internationale de développement, et Muyeye Chambwera, chercheur de l’International Institute for Environment and Development, sis au Royaume-Uni, ont décidé de rédiger leur document, ont-ils expliqué.



L’analyse de rentabilité quantitative comporte « beaucoup d’informations », ce qui la rend chère à utiliser dans le cadre de projets à petite échelle, les planificateurs au niveau communautaire ne les utilisent donc généralement pas. De plus, « des ONG [organisations non gouvernementales] de développement considèrent que les populations locales devraient décider elles-mêmes dans quoi elles veulent investir, en se fondant sur leurs propres critères », ont dit Mme Berger et M. Chambwera.



« Les rapports sur le coût de l’adaptation au changement climatique publiés récemment ont pour la plupart utilisé l’outil d’analyse de rentabilité », a noté M. Chambwera. Ce qui a déclenché le signal d’alarme, pour les co-auteurs du document, est l’agenda d’un atelier organisé dernièrement par le Nairobi work programme (NWP) dont l’objectif était de voir comment utiliser les méthodes de rentabilité pour la planification en matière d’adaptation au niveau des pays et des communautés.
























Sur l'adaptation, lire aussi
 BURKINA FASO: Les agriculteurs agissent face au changement climatique
 MONDE: La ronde des chiffres à Copenhague
 MONDE: Moins d’argent et plus de migrants – comment s’adapter
 MONDE: La mobilité, cruciale pour s'adapter au changement climatique
 Avis de tempête - Le coût humain du changement climatique

Le NWP a été créé en 2005 dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique pour aider les pays en développement à comprendre et évaluer l’impact du changement climatique, et les aider à s’adapter.



Le travail de Mme Berger et M. Chambwera a soulevé « des points essentiels pour nous amener au-delà des approches machinales… utilisant l’analyse de rentabilité pour essayer de prendre des décisions cruciales afin d’entreprendre ou non certaines actions d’adaptation au changement climatique », a dit J. Timmons Roberts, directeur du Center for environmental studies de l’Université Brown, aux Etats-Unis.



« Le problème est que dans notre société, le langage qui a le plus de poids est celui de l’argent, donc il y aura toujours des pressions pour réduire la complexité du processus de décision à la somme des coûts et bénéfices dans des indicateurs simplifiés à l’extrême ».



M. Roberts, qui a effectué des recherches sur le rôle de l’aide internationale dans la réponse aux questions de justice en matière climatique, a commenté : « La clé selon moi est que pour toute action, ou non-action, d’adaptation, les personnes qui récoltent les bénéfices sont différentes de celles qui supportent les coûts. Pour cette raison, l’analyse de rentabilité est en fait presque inutile au niveau local, et même national ».



M. Chambwera et Mme Berger ont dit qu’ils ne remettaient pas en cause les analyses de rentabilité, qui ont leurs avantages à l’échelle internationale, et ils ont cité la Stern review on the economics of climate change, produite par l’économiste Nicholas Stern pour le compte du gouvernement britannique.



« Les révélations de la Stern review, selon lesquelles le coût de l’inaction face au changement climatique est 20 fois plus élevé que le coût de l’action, ont stimulé les politiques internationales, menant à des actions locales à travers le monde », ont-ils souligné. Mais lorsque les pays élaborent des programmes d’adaptation, ils devraient disposer « d’informations sur d’autres facteurs, comme l’évaluation du risque, et pas seulement sur les coûts et bénéfices ».



Les chercheurs ont appelé le NWP à développer un « ensemble d’outils » constitué de diverses approches pour aider les pays à élaborer leurs programmes d’adaptation, pour s’assurer que les communautés les plus vulnérables ne sont pas laissées de côté.



Par exemple, des analyses économiques ont estimé que le changement climatique affecterait seulement un pour cent du Produit intérieur brut de la Namibie et de la Tanzanie, tandis que des analyses sur la répartition de l’impact et l’équité « ont révélé que le fardeau pèserait lourdement sur les petits fermiers et les citadins pauvres ».



M. Roberts a noté qu’ « aux Etats-Unis, [certaines] législations sur le climat exigent que les actions prioritaires soient [déterminées] sur la base de leur ‘rentabilité’. Cela paraît bien, mais certaines actions doivent être prises pour protéger les groupes les plus vulnérables, indépendamment de ce que cela rapporte à court terme. La question est toujours : ‘rentable pour qui ?’ ».



M. Roberts a estimé que les commentaires des chercheurs – ‘partir du principe que l’adaptation sera viable sur la base d’une règle de rentabilité seulement serait risqué’ – étaient essentiels.



« La volonté politique de continuer à dépenser en faveur de l’action pour l’adaptation pendant des périodes économiques difficiles n’est pas garantie, et cela pourrait exposer certaines communautés à un risque sérieux si [cela est] construit sur l’analyse de rentabilité, sans une analyse détaillée des risques ; et bien sûr, certains risques ne sont tout simplement pas connus ».



jk/he/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Soutenir The New Humanitarian

Your support helps us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Faire un don