Seeking justice for survivors of aid worker sex abuse. What happens to survivors after reporters and other investigators leave?

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Cameroun

En Bref – Le casse-tête de l’eau au Lac Tchad

On Fitine island in Lake Chad, residents turn to the untreated water from the lake for drinking, bathing, cooking. Water-borne diseases are widespread among children
(Phuong Tran/IRIN)

Trouver de l’eau salubre est aussi difficile pour les populations vivant sur les îles du Lac Tchad que pour leurs voisins des rives. « Depuis 1963, la surface du Lac Tchad a diminué pour passer d’environ 25 000 à 1 350 kilomètres carrés », selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).



« Pour les 2 000 résidents ici, il n’y a que l’eau du puits, construit par une église il y a deux ans », a dit David Penabeye, directeur d’un centre de santé de l’île de Fitiné, qui a dit à IRIN que la quasi-totalité des enfants avaient des vers. Sur les rives, les enfants se servent de charrettes tirées par des ânes pour transporter des bidons d’eau destinée à se laver, cuisiner et boire.



Le PNUE a noté que « depuis 1963, le lac a rétréci pour ne faire plus qu’un vingtième de sa taille originale, à la fois en raison du changement climatique et de la forte demande en eau pour l’agriculture ». L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a dit que la profondeur du lac n’avait jamais été aussi faible.



La moitié de la population du Tchad – estimée à 10 millions de personnes - a accès à une eau potable provenant de « sources améliorées », comme les puits couverts, les sources naturelles ou les canalisations.



Cependant, 83 pour cent des ménages ruraux – qui constituent la quasi-totalité de la population de l’île – défèquent en plein air, aux endroits mêmes où ils sont susceptibles de collecter leur eau de boisson, d’après l’édition 2010 d’un rapport des Nations Unies sur l’hygiène et l’eau potable.



« L’eau aide à nous nourrir grâce au poisson, mais elle nous rend aussi malade » a dit Abdou Adam, le principal chef traditionnel de Fitiné. Il a désigné l’eau potable comme l’un des besoins les plus cruciaux de l’île, de même qu’un centre de santé qui fonctionne et d’écoles.



pt/he/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join