1. Accueil
  2. Moyen-Orient et Afrique du Nord
  3. Territoire palestinien occupé

Un convoi maritime humanitaire se dirige vers Gaza

Damage inflicted by Israeli airstrikes on Rafah town homes in the Gaza Strip
Près des trois quarts des dommages causés l’année dernière par l’offensive israélienne à Gaza n’ont toujours pas été réparés en raison du blocus (Free Gaza)

Huit cargos transportant plus de 10 000 tonnes d’aide humanitaire, principalement du matériel de construction, des équipements médicaux et des médicaments, partiront pour la bande de Gaza le 27 mai dans le but symbolique de briser le blocus israélien qui dure depuis trois ans, d’après la Fondation pour les libertés et les droits humains et le secours humanitaire (IHH), une ONG (organisation non gouvernementale) turque, des ONG palestiniennes locales et les autorités de Gaza.



Des dizaines de plus petits navires transportant environ 750 passagers venus de quelque 140 nations font également partie de cette « flottille », qui tentera d’accoster à Gaza-Ville le 28 mai, a dit Jamal Al Khoudary, président du Comité populaire contre le siège, et député indépendant à Gaza. Les passagers comptent 50 députés de l’Union européenne (UE) et de pays arabes, et un membre de la Knesset israélienne, Hanin Zoabi, a dit M. Al Khoudary.



Des cargos venus de différents pays, dont l’Algérie, la Turquie et le Koweit, transportent des équipements tels que des appareils d’imagerie par résonance magnétique (IRM), dont sont privés les habitants de Gaza, des scanners tomographiques (CT), ou encore des appareils de radiologie et de dialyse rénale, d’après Osama Obdo, directeur adjoint d’IHH à Gaza. Des donateurs de Grèce, d’Irlande et de Suède ont contribué au convoi.



La flottille transporte également du matériel de construction, dont 6 000 tonnes de ciment, 6 000 tonnes de béton et 2 000 tonnes de fer, selon M. Obdo, ainsi que du lait, du papier et des fournitures scolaires.



Un rapport du Programme des Nations Unies pour le développement, publié en mai, a indiqué que près de 16 mois après l’offensive israélienne à Gaza (l’opération « Cast Lead », traduit par « Plomb durci »), près des trois quarts des dommages n’étaient toujours pas réparés en raison du blocus.



Yigal Palmor, porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien, a décrit le convoi comme un « coup de publicité ».



« Les organisations humanitaires internationales et le secteur privé de Gaza s’assurent que la nourriture, les médicaments et les vêtements nécessaires sont fournis à la bande [de Gaza] via Israël », a dit M. Palmor.



Selon Israël, le blocus est nécessaire pour protéger les citoyens israéliens. Israël s’est retiré militairement de Gaza en septembre 2005, mais a gardé un contrôle total sur les mouvements de personnes et de biens en direction ou en provenance de Gaza, d’après la Banque mondiale.



« Nous surveillons la situation, et nous agirons en conséquence », a dit à IRIN un porte-parole de la Force de défense israélienne à propos de l’intention de la Marine israélienne d’arrêter la flottille.



La Turquie, qui est présentée comme le plus grand contributeur du convoi, a appelé Israël à lever le blocus et à autoriser l’acheminement de l’aide jusqu’à la bande de Gaza.



L’économie formelle de Gaza s’est effondrée depuis le début du blocus en juin 2007. Plus de 60 pour cent des ménages sont en situation d’insécurité alimentaire, d’après un communiqué conjoint publié le 27 mai par Philippe Lazzarini, Coordinateur humanitaire des Nations Unies pour les Territoires palestiniens occupés, des organisations humanitaires et l’Association des agences de développement international (AIDA).



es/at/mw/il/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join