Been enjoying our Fixing Aid podcast? We'd love to hear from you!

  1. Accueil
  2. Amériques
  3. Haïti

Les femmes en danger dans les camps

Latrines in a site for people displaced by the 12 January earthquake in Haiti. The lack of lighting and poor security of such sanitation facilities are exposing women and girls to a greater risk of rape and other forms of violence
(Nancy Palus/IRIN)

Sur le site Jean-Marie Vincent pour personnes déplacées, à Port-au-Prince, la capitale haïtienne, de nombreuses femmes se lavent à l’intérieur de leurs tentes de fortune, car l’unique autre possibilité est de se laver dehors. Etant donné le surpeuplement des camps et les problèmes d’insécurité, cela les expose à des risques d’agression ou de viol.



Se rendre aux toilettes du site est également risqué, en particulier la nuit, car il n’y a pas d’éclairage et certaines latrines sont isolées.



« Nous n’avons pas encore atteint un niveau d’organisation qui respecte les droits des femmes », a dit à IRIN Smith Maximé, du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) en Haïti.



« Nous avons enregistré des cas de viols qui ont eu lieu lorsque les femmes étaient dans les latrines. Quand les toilettes ne sont pas sécurisées – comme c’est le cas dans de nombreux camps – les femmes y sont souvent attaquées », a-t-il ajouté.



« Nous ne sommes pas en sécurité ici », a dit à IRIN une femme du camp Jean-Marie Vincent, tenant son bébé de deux mois dans les bras. « Trois hommes m’ont attaquée alors que je marchais vers une latrine. Ils ont couvert mon visage et ma bouche et m’ont violée. » Au départ, elle n’a rien dit, mais sa douleur était si intense qu’au bout de trois jours, elle en a parlé à des proches.



Le fait que les normes minimales pour les interventions en cas de catastrophes ne soient pas respectées « suscite de graves inquiétudes concernant la sécurité, l’intimité et la dignité », d’après le Groupe de travail sur le genre et les interventions humanitaires*.



« Le renforcement des éclairages autour de ces latrines devrait être une priorité immédiate afin d’assurer la sécurité des femmes et des filles qui utilisent les installations sanitaires pendant la nuit », a dit le Groupe dans un communiqué publié à la fin du mois de février.



D’après le Groupe, « une attention plus grande devrait être portée à la mise en place d’installations réservées et privées pour la toilette des femmes, afin de réduire leur vulnérabilité actuelle à la violence sexuelle. Même si de nombreuses femmes et filles se lavaient déjà en extérieur avant le tremblement de terre, la nature de bon nombre des camps de déplacés (surpeuplement, proximité avec des inconnus) crée de nouvelles vulnérabilités à la violence et à l’exploitation, en particulier la nuit, qui n’existaient pas nécessairement auparavant ».



Surpeuplement et obscurité



Le surpeuplement et le manque d’éclairage dans les camps contribuent au problème. Dans beaucoup de camps, il n’y a pas d’espace entre les tentes. Les organisations humanitaires et le gouvernement prévoient de déplacer des résidents de 21 des sites les plus congestionnés, en les invitant à se rendre soit chez eux, soit dans des familles d’accueil, soit sur des terrains récemment alloués par les autorités. Parallèlement à cela, les organisations humanitaires mettent en place des mesures de sécurité, telles que l’installation d’éclairages dans les camps.












A camp of makeshift tents sprawls at Port-au-Prince's golf course, where many Haitians displaced by the earthquake have set up shelter

UN Photo/Marco Dormino
A camp of makeshift tents sprawls at Port-au-Prince's golf course, where many Haitians displaced by the earthquake have set up shelter...
http://www.un.org/av/photo/
Mardi, janvier 26, 2010
En prévision de la saison des cyclones
A camp of makeshift tents sprawls at Port-au-Prince's golf course, where many Haitians displaced by the earthquake have set up shelter...


Photo: UN Photo/Marco Dormino
Le surpeuplement de la plupart des camps augmente le risque de violence

« La protection est l’un des principaux sujets d’inquiétude lorsque les sites sont saturés », a dit à IRIN Sara Ribeiro, coordinatrice de la protection à l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). L’OIM joue un rôle moteur dans le groupe d’organisations chargées collectivement d’organiser la gestion des camps de déplacés.



Le Comité permanent interorganisations (IASC), un groupe rassemblant des agences des Nations Unies et d’autres organisations, qui travaille depuis 1992 à l’harmonisation des meilleures pratiques humanitaires, stipule que les acteurs humanitaires doivent s’assurer que l’accès à l’eau et aux installations sanitaires est sécurisé, et que les latrines sont bien éclairées et peuvent être verrouillées de l’intérieur.



Gestion des camps



D’après Mme Ribeiro, un des autres problèmes majeurs est le manque d’agences de gestion des camps. A la date du 4 mars, seulement un cinquième des 400 camps de déplacés disposaient de telles agences, a-t-elle dit.



« Il faudrait que d’autres agences… prennent en charge la gestion des camps », a-t-elle dit à IRIN. « C’est la seule façon d’éviter que ce genre de choses se produisent. Parce que les services proposés [soins médicaux, rations alimentaires, eau], quelle que soit leur quantité, ne changeront rien à ce qui se passe quand le soleil est couché. »



Des groupes de surveillance communautaire se mettent en place dans de nombreux sites ; dans un rapport daté du 4 mars, OCHA observe que ces groupes auront besoin de formation afin de renforcer la protection des femmes et des filles.



L’UNFPA collabore avec les autorités et les ONG locales pour relancer un système de notification des cas de violence sexuelle. « Mais notre priorité immédiate est de diffuser les informations sur le soutien médical et psychosocial disponible, et de mettre au premier plan les droits et les choix du survivant », a dit à IRIN Lina Abirafeh, coordinatrice GBV (violence liée au genre) pour l’UNFPA en Haïti.



L’agence met au point une liste des hôpitaux et ONG (organisations non gouvernementales) proposant des soins médicaux et des services de conseil, qui sera distribuée dans les camps.



D’après les travailleurs humanitaires des Nations Unies, on ne dispose pas de statistiques exhaustives concernant les viols dans les camps, mais le viol et l’impunité sont depuis longtemps des phénomènes courants en Haïti, comme l’observe l’IASC. En 2008, Amnesty International avait rapporté des « niveaux choquants » de violence sexuelle envers les filles.



np/am/mw/il 



* Ce groupe rassemble des représentants des sections Droits de l’homme et Genre de la MINUSTAH (Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti), de l’UNIFEM (Fonds de développement des Nations Unies pour la femme), de l’UNFPA, du Programme alimentaire mondial, de l’OIM, du Fonds des Nations Unies pour l’enfance, et de plusieurs ONG, dont l’International Rescue Committee, l’American Refugee Committee, et International Medical Corps.

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join