Today on Giving Tuesday, we're asking our readers to help us keep the momentum going.

Support independent journalism you can trust.
  1. Accueil
  2. Middle East and North Africa
  3. Iraq

Rationaliser le système d’aide alimentaire publique

[Iraq] Bread factory Baghdad - daily allowance being packed. Mike White
Dans une fabrique de pains de Bagdad, on prépare les rations de l’aide alimentaire
Le gouvernement irakien a commencé à exclure des listes de l’aide alimentaire d’Etat les habitants considérés comme aisés, d’après des responsables gouvernementaux. 

« Nous recevons des données de tous les ministères du gouvernement sur les employés percevant un salaire mensuel supérieur ou égal à 1,5 million de dinars irakiens [1 300 dollars] », a dit à IRIN Riadh Fakhir Al-Hashimi, directeur du Directorat de la planification et du rationnement alimentaire, au sein du ministère du Commerce.

« Jusqu’à présent, nous avons reçu des données concernant environ 70 000 cartes de rationnement alimentaire… Cela signifie que le nombre de personnes exclues [des listes de distribution de l’aide alimentaire de l’Etat] s’élève à ce jour à environ 120 000 personnes à l’échelle nationale », a dit M. Al-Hashimi.

En juin 2009, le gouvernement a dit qu’il rationaliserait le système de l’aide alimentaire d’Etat, connu sous le nom de Système de distribution publique (SDP), qui a été mis en place en 1995 dans le cadre du programme pétrole contre nourriture des Nations Unies. Plus de la moitié des 29 millions d’habitants de l’Irak sont dépendants de cette aide, d’après le ministère du Commerce.

Cependant, ce système se dégrade depuis 2003 en raison de l’insécurité, d’une mauvaise gestion et de la corruption.

Le gouvernement travaille aussi à identifier les personnes à hauts revenus dans le secteur privé, a dit M. Al-Hashimi, du ministère du Commerce, reconnaissant toutefois que ce processus serait long.

Les personnes qui sont aujourd’hui exclues pourront à nouveau bénéficier de l’aide alimentaire si leurs revenus baissent en deçà d’un certain seuil ; et si une personne aisée est chef de famille, alors l’aide sera interrompue pour tous les membres de la famille, a dit M. Al-Hashimi.

D’après Abdul-Zahra Al-Hindawi, porte-parole du ministère de la Planification, l’exclusion des listes n’est pas le seul moyen d’améliorer le système : la quantité et la qualité des aliments, ainsi que le planning de distribution sont aussi des éléments importants.

« Je ne pense pas que l’exclusion [des listes] aura un impact énorme sur le système, car le nombre total de personnes exclues ne sera pas si grand proportionnellement à la population », a dit M. Adil Abdul-Muhsin Jabbar, économiste basé à Bagdad.

« Je pense que les principaux problèmes qui doivent être traités en priorité sont la corruption et la mauvaise gestion ».

Les paquets mensuels du SPD contiennent théoriquement du riz (3 kg par personne) ; du sucre (2 kg par personnes) ; de l’huile de cuisson (1,25 kg ou un litre par personne) ; de la farine (9 kg par personne) ; du lait pour adultes (250 g par personne) ; du thé (200 g par personne) ; des haricots (250 g par personne) ; du lait pour enfant (1,8 kg par enfant) ; du savon (250 g par personne) ; des détergents (500 g par personne) ; et du concentré de tomates (500 g par personne).

sm/at/cb/il/ail
Partager cet article

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join