1. Accueil
  2. Amériques
  3. Haïti

Manque de financement pour la nutrition

Nadia Beauzile with her baby born after the 12 January earthquake; the mother does not want to breastfeed for fear of passing along her "bad health"
(Phuong Tran/IRIN)

Les bailleurs de fonds ont attribué spécifiquement à l’assistance nutritionnelle aux femmes et aux enfants après le séisme en Haïti seulement six pour cent des fonds demandés, d’après les Nations Unies.



Un appel éclair de 576,9 millions de dollars lancé le 15 janvier a été financé à hauteur de 92,9 pour cent au total, d’après le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Cependant, « certains secteurs de l’effort humanitaire ont reçu peu de financements jusqu’à maintenant », a dit OCHA dans un communiqué du 8 février. Parmi ces secteurs on peut citer, outre la nutrition, la sécurité (financée à hauteur de six pour cent) et l’agriculture (huit pour cent).



L’appel éclair sollicitait 48 millions de dollars pour la nutrition des femmes et des enfants, une somme qui place ce secteur en troisième position après l’aide alimentaire (246 millions de dollars) et l’eau, l’assainissement et l’hygiène (58 millions de dollars).



Les priorités du secteur de la nutrition en Haïti sont de réaliser des évaluations et des analyses, et de distribuer des biscuits à haute teneur énergétique, des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi et des repas enrichis. Les bénéficiaires ciblés sont 2,4 millions de femmes en âge de procréer, 240 000 femmes enceintes et 600 000 enfants de moins de cinq ans.



Garantir une nutrition adaptée pour les personnes les plus vulnérables, principalement les mères et les jeunes enfants, contribue à prévenir les maladies opportunistes et l’apparition de troubles permanents sur le plan physique ou mental, d’après le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).



« Si nous n’avons pas assez de financements pour assurer la nutrition de groupes vulnérables, qu’il s’agisse de personnes jeunes ou âgées, nous passerons à un haut niveau de malnutrition aiguë en Haïti », a dit Mija Ververs, experte en nutrition auprès de l’UNICEF, agence leader dans le secteur de la nutrition.



[MISE A JOUR 13 février: Un porte-parole de l'UNICEF à New-York a contacté IRIN pour souligner que jusque là, la majorité de ses financements accordés par des bailleurs n'était "spécifiquement attribué" à aucun programme en particulier. Des fonds pour la nutrition sont donc disponibles et pas aussi serrés que les six pour cent pourraient le suggérer]



« Cela pourrait provoquer une autre catastrophe, qui viendrait s’ajouter à la catastrophe actuelle », a-t-elle dit à IRIN.



Le tremblement de terre a augmenté le besoin d’une intervention nutritionnelle spécialisée, qui consiste par exemple à conseiller les femmes allaitant leur enfant, de façon à contrer les effets parfois négatifs du traumatisme sur la lactation, ou encore à apporter une alimentation adaptée aux nourrissons dont les mères sont mortes ou ont été séparées de leurs enfants.



La saison des pluies – pendant laquelle le risque de maladies est plus important – doit commencer en mars, ce qui rend l’aide nutritionnelle d’autant plus urgente.



« Beaucoup d’enfants souffraient de malnutrition chronique avant le séisme, mais pas de malnutrition aiguë », a dit Mme Ververs. « Cela a changé, maintenant ».



am/np/il/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join