The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Amériques
  3. Haïti

Réhabiliter le secteur de la santé, un « défi à long terme »

Red Cross volunteers at Cite Soliel
Les hôpitaux de campagne ont permis de désengorger les structures sanitaires (American Red Cross/Talia Frenkel)

Alors que les hôpitaux de Haïti, submergés, peinent à répondre aux besoins immédiats des rescapés du séisme de magnitude 7,0, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) demande à ce que des mesures soient prises pour équiper le secteur de la santé dans l’éventualité de futures catastrophes.



« Le pays est frappé par une catastrophe chaque année », a dit à IRIN Dana van Alphen, à Port-au-Prince, où elle assume les fonctions de coordinatrice de l’OMS pour les interventions sanitaires menées en Haïti à la suite du séisme. Cependant, il ne se relève jamais suffisamment pour se préparer pleinement à la suivante.



Les gouvernements du Brésil, d’Israël, de Russie et de Jamaïque ont mis en place des hôpitaux de campagne opérationnels, à l’instar du Canada, de la Colombie et de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. On dénombre également huit hôpitaux publics en activité à Port-au-Prince.



Mme Van Alphen a indiqué à IRIN que la sécurité structurelle des hôpitaux était toujours incertaine. « Nous n’avons pas la possibilité de faire venir des ingénieurs en bâtiment à Haïti. Ils ne sont pas nombreux dans la région, et nous sommes pour l’heure confrontés à des difficultés logistiques qui rendent les déplacements impossibles ».



Haïti n’avait pas été évalué dans le cadre des Initiatives sur la sécurité des hôpitaux menées par l’Organisation panaméricaine de la santé, une évaluation pour la prévention des catastrophes. Les pays des Caraïbes, sujets aux ouragans, ayant d’ores et déjà été évalués sont Nevis, Saint-Kitts, Grenade, Montserrat, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Anguilla, la Dominique, la Barbade et Cuba.



Interrogée sur le niveau de prévention des catastrophes en Haïti, Mme Van Alpen a répondu : « Les infrastructures de santé étaient déjà fragiles, et sont pratiquement inexistantes dans certains secteurs ».



L'aide humanitaire va ralentir



Jonathan Abrahams, coordinateur de l’initiative sur la sécurité des hôpitaux de l’OMS, a déclaré à IRIN : « Cette question ne relève pas uniquement du ministère de la Santé. Nous avons besoin d’écologistes, d’ingénieurs en bâtiment, d’experts en eau et en assainissement, ainsi que de fonctionnaires de santé. Les difficultés à impliquer autant d’acteurs, et la tendance à ne penser aux catastrophes que lorsqu’elles se produisent, ont relégué la question de la sécurité des hôpitaux au second plan, alors même qu’ils sont censés être un lieu sûr [en période de] catastrophe ».



Au terme d’une semaine d’aide sanitaire, Mme Van Alpen a expliqué à IRIN que l’afflux rapide de l’aide humanitaire allait ralentir, alors que les besoins sont de plus en plus importants. « L’aide qui arrive est considérable, mais nombre des [personnels humanitaires] programment déjà leur départ. C’est là que le véritable travail va commencer pour la reconstruction d’Haïti et le renforcement des autorités nationales ».



A moins que les donateurs et volontaires travaillent en traumatologie aiguë, les dons financiers sont les plus utiles, a-t-elle ajouté. « Nous avons des besoins spécifiques – des sérums contre le tétanos, par exemple. Les besoins … évoluent avec le temps. Aujourd’hui, les soins chirurgicaux sont notre priorité, mais les moyens commencent d’ores et déjà à faire défaut pour les soins maternels. A l’heure actuelle, nous sommes submergés par les besoins en soins traumatiques, mais les problèmes de santé publique à long terme sont tout aussi importants ».



D’après les estimations des Nations Unies, les besoins sanitaires et nutritionnels en Haïti se chiffrent à 82 millions de dollars.



Si les dons en nature permettent effectivement de sauver des vies, Nick Reader, porte-parole du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, a cependant expliqué à IRIN que sans un suivi adéquat, ces dons n’ont pas l’utilité souhaitée. « Vous pouvez envoyer un hôpital, mais nous devrons toujours le transporter, l’équiper en personnel et en matériel, et assurer son fonctionnement. Un centre médical seul ne suffit pas ».



pt/mw/db/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join