The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Burkina Faso

La réponse régionale aux inondations

Floods in Ghana
(Evans Mensah/IRIN)

De fortes pluies ont provoqué des inondations au Bénin, au Liberia, au Ghana et en Gambie depuis le début de la saison des pluies fin juin, d’après les gouvernements et les organisations non gouvernementales (ONG).



Des niveaux de pluie supérieurs à la moyenne sont prévus cette année dans la zone sud du golfe de Guinée, qui couvre des régions du Ghana, du Togo, du Bénin, du Cameroun, du Gabon, de la Côte d’Ivoire, du Liberia, de la Guinée équatoriale ainsi que le littoral du Nigeria, selon la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).



Les gouvernements et les ONG répondent aux inondations dans les pays suivants :



BENIN



De fortes pluies survenues fin juin ont provoqué des inondations dans le sud du pays, en particulier dans les régions côtières. Environ 2 000 habitations et plusieurs écoles ont été submergées, et 13 464 personnes ont été touchées, d’après la Croix-Rouge béninoise. Le gouvernement a déclaré l’état d'urgence, pour la première fois depuis plusieurs années.



Une cellule de coordination de crise dirigée par le gouvernement, rassemblant des participants des agences des Nations Unies et des ONG, s’est réunie tous les jours pour surveiller la situation. Une première évaluation réalisée par l'Equipe des Nations Unies pour la coordination et l'évaluation des catastrophes (UNDAC) a estimé que 43 des 77 communes du pays avaient été touchées.



« Nous cherchons à obtenir davantage d’informations afin de déterminer où nous devons intervenir. Nous nous concentrons sur les zones qui n’ont pas encore été évaluées », a dit à IRIN, le 14 juillet, Ingrid Nordström-Ho, qui dirige l’équipe de coordination de l’UNDAC.



L’UNDAC, la FICR, les représentants du gouvernement et les ONG ont mené d’autres missions d’évaluation rapide les 15 et 16 juillet.



La FICR a lancé un appel d’urgence le 10 juillet afin d’obtenir de l’aide pour fournir aux populations béninoises sinistrées des abris, de la nourriture, des médicaments, du matériel scolaire et des matériaux de construction. Son partenaire, la Croix-Rouge béninoise, distribue depuis le 13 juillet des produits non-alimentaires aux habitants de Cotonou, la capitale économique, avec pour objectif de toucher 5 200 personnes.



Le conseiller régional pour l’humanitaire d’ECHO, le service d'aide humanitaire de la Commission européenne, s’est rendu au Bénin le 13 juillet pour faire le point sur les efforts actuels de coordination des secours.



BURKINA FASO



Le gouvernement a estimé à 500 le nombre de victimes au niveau national depuis le début des pluies en juin, les zones les plus touchées étant les régions rurales.



GAMBIE



Le 2 juillet, une tempête s’est abattue sur Banjul, la capitale, détruisant des centaines d’habitations, d’après la FICR. L’organisation fournit des matériaux à 150 familles pour aider à la réparation de leur toiture.



GHANA



Dans la capitale, Accra, ainsi que dans les régions du Centre et de la Volta, les tempêtes de juin ont fait 13 morts et provoqué le déplacement de centaines de personnes, détruisant des habitations et des commerces et poussant l'Organisation nationale de gestion des catastrophes (NADMO) à réagir.



Cependant, la réponse de cette organisation ne parvenant pas à couvrir tous les besoins, la FICR a entrepris de distribuer des kits de secours d’urgence et des ustensiles de cuisine à 1 000 familles dans les zones sinistrées par les inondations.



La NADMO, les ONG et la FICR procèdent à l’heure actuelle à une évaluation de la situation afin de déterminer si des aides supplémentaires sont nécessaires.



« Le mécanisme de coordination des urgences du gouvernement ghanéen est bien établi, donc cela constitue pour l’instant notre réponse, mais nous sommes susceptibles d’accroître [notre aide], en fonction de l’évolution des besoins », a expliqué à IRIN Youcef Ait-Chellouche, coordinateur de la gestion des catastrophes de la FICR en Afrique de l’Ouest.



Les ONG surveilleront également les conséquences éventuelles des inondations sur les cultures de la région de la Volta, dans l’est du pays.



LIBERIA



Dans les banlieues de la capitale, Monrovia, les fortes pluies de début juillet ont forcé des centaines d’habitants à quitter leur domicile, selon le gouvernement. La présidente Ellen Johnson-Sirleaf a créé une force spéciale d’urgence, sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, afin de faire pression pour obtenir de l’aide. Jusqu’à présent, le gouvernement a approvisionné en nourriture les populations déplacées des banlieues de Monrovia.



D’après les autorités locales, deux autres comtés ont été touchés par les inondations : Grand Cape Mount, dans le nord-ouest, à la frontière avec la Sierra Leone, où 1 500 habitants de la ville de Sowee ont dû être déplacés, et Grand Gedeh, dans le sud-est.



TOGO



Début juillet, de fortes pluies ont provoqué plusieurs petites inondations dans la région Maritime, dans le sud du pays. Le gouvernement et la Croix-Rouge procèdent actuellement à une évaluation des dégâts.



aj/pt/il/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join