1. Accueil
  2. Asie
  3. Afghanistan

Le gouvernement échoue à distribuer le blé promis pour l’hiver

About eight million people out of Afghanistan’s estimated 27 million population have been pushed into high risk food insecurity because of drought, high food prices and conflict
Millions of Afghans have been pushed into high-risk food insecurity because of drought, high food prices and conflict, according to aid agencies (Khaled Nahiz/ IRIN )

Moins de 30 pour cent des 166 000 tonnes de blé que le gouvernement afghan avait promis de distribuer à des dizaines de milliers d’habitants pendant les mois d’hiver (octobre-mars) ont été distribués à ce jour, selon l’Autorité afghane de gestion des catastrophes nationales (AAGCN).



A deux semaines seulement de la fin de la saison froide, le gouvernement ne s’est pas encore procuré les plus de 115 000 tonnes de blé qu’il doit distribuer aux populations touchées par la sécheresse, les prix élevés des vivres et le conflit.



Avant l’hiver, le gouvernement afghan avait accepté de fournir 166 000 tonnes de blé à 21 des 34 provinces du pays, pour prévenir l’insécurité alimentaire.



Plusieurs institutions publiques, dont les ministères du Commerce, de la Réhabilitation rurale et du Développement, ainsi que l’AAGCN, ont été chargées de mettre en œuvre le programme national d’aide hivernale, en collaboration avec diverses organisations humanitaires internationales, telles que le Programme alimentaire mondial (PAM).



« Nous avons distribué environ 45 000 tonnes, sur l’aide prévue, et nous en distribuerons 35 000 dans les prochaines semaines », a déclaré à IRIN Abdul Matin Edrak, directeur de l’AAGCN, le 4 mars.



En raison de la sécheresse grave qui a réduit la production agricole nationale de 35 pour cent en 2008, de la hausse soudaine du prix des vivres, et des problèmes résultant du conflit armé, environ huit millions de personnes vivent désormais dans une situation d’insécurité alimentaire extrêmement dangereuse, selon les organisations humanitaires.



« Sur les 9 500 tonnes promises à la province de Faryab pour l’hiver, seules 1 800 tonnes ont été fournies », a déclaré à IRIN Aman Salimi, directeur des services provinciaux de réhabilitation et de développement des régions rurales, ajoutant que même l’aide promise ne suffisait pas à répondre aux besoins.



Au Badakhshan, une province du nord-est, seules 5 000 tonnes, sur les 15 000 promises, ont été acheminées dans le chef-lieu de la province, et à Ghor, province du centre-ouest du pays, 4 500 tonnes ont été distribuées, sur 11 400, selon les autorités provinciales.



Inefficacité












The government’s plan to distribute 166,000 tones of wheat during winter is in addition to aid provisions by other aid agencies

The government is yet to deliver over 115,000 tonnes of wheat to vulnerable people
Salih/IRIN
The government’s plan to distribute 166,000 tones of wheat during winter is in addition to aid provisions by other aid agencies
Jeudi, mars 5, 2009
Government fails to deliver promised winter wheat aid
The government’s plan to distribute 166,000 tones of wheat during winter is in addition to aid provisions by other aid agencies


Photo: Salih/IRIN
Le gouvernement doit encore distribuer plus de 115 000 tonnes de blé aux populations vulnérables

Selon l’AAGCN, cette situation est en partie imputable à l’inefficacité des sociétés privées engagées par le gouvernement pour assurer l’achat et l’importation de blé de l’étranger. Les goulets d’étranglement administratifs et la mauvaise coordination entre les différents organismes auraient retardé la distribution de l’aide, et « les contrats avec le secteur privé ont été émis tardivement par le ministère du Commerce », selon M. Edrak de l’AAGCN.



Les restrictions d’accès résultant de l’insécurité, de l’insuffisance des infrastructures de communication et des blocages routiers dus à l’hiver ont également eu des répercussions négatives sur les opérations d’aide, selon les autorités.



Daud Sultanzoy, député, a néanmoins accusé le Comité national des urgences (CNU), composé de plusieurs organismes publics, dont l’AAGCN, et présidé par Karim Khalili, deuxième vice-président du pays, d’inefficacité et de mauvaise gestion institutionnelles.



« Chaque année, nous avons ce type de problèmes », a dit M. Sultanzoy à IRIN.



« Les évaluations, la planification, la mise en œuvre… tout est défectueux parce que le gouvernement n’a même pas de recensement démographique fiable sur lequel se fonder pour pouvoir élaborer des politiques adaptées », a-t-il expliqué.



M. Edrak a dit espérer que la nouvelle branche du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) permette d’améliorer la coordination et les capacités de gestion des catastrophes.



Des promesses dangereuses ?



Les hauts responsables du gouvernement s’engagent souvent à apporter une aide humanitaire aux communautés locales pour tenter de s’assurer un soutien local ou d’apaiser des communautés désenchantées, mais ces promesses ne peuvent pas toujours être tenues, et dans certains cas, cela se retourne contre eux : l’incapacité du gouvernement à tenir ses promesses a provoqué des flambées de violence et des manifestations locales.



En février, au cours d’une distribution alimentaire, à Balkhab, une région de la province de Sar-i-Pul, dans le nord du pays, une rixe a fait au moins un mort et quatre blessés.



Des émeutes ont également été signalées, provoquées par le manque d’équité présumé des distributions humanitaires, le manque d’aide ou les vols de l’aide, ainsi que les attaques menées contre les distributeurs de l’aide.



ad/at/cb/nh/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join