1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

L’Afrique invitée à rejoindre le Réseau pour un climat neutre

 The 17 villages covered by a GEF-funded climate change adaptation project in the North Kordofan region were asked to  allocate a piece of land for grazing only to help rejuvenate the soil.
(Jaspreet Kindra/IRIN)

Les pays d’Afrique, bien qu’ils comptent parmi ceux qui contribuent le moins aux émissions de gaz carbonique, ainsi que les entreprises et les institutions implantées sur le continent, devraient se joindre au Climate Neutral Network [Réseau pour un climat neutre - CN Net], créé il y a un an, ont dit des responsables politiques le 19 février.



« Les économies prospères du futur devront être neutres en carbone et l’Afrique et les autres pays en voie de développement doivent pouvoir suivre le mouvement », a déclaré Roberto Dobles Mora, ministre costaricain de l’Environnement et de l’énergie, au cours d’une conférence de presse tenue lors de la 25e séance du Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), à Nairobi, la capitale kényane.



« Pour un climat neutre, les pays d’Afrique doivent devenir efficaces, réduire leurs coûts et utiliser une énergie renouvelable », a préconisé M. Mora. « Les gouvernements doivent s’efforcer de moderniser leurs opérations pour réduire leurs émissions de gaz carbonique dans des domaines tels que les transports et la production d’énergie renouvelable ».



Selon lui, l’Afrique pourrait tirer parti du réseau CN Net grâce à l’échange d’informations, aux jumelages avec d’autres villes ou organismes déjà « Climat neutre » et à la reproduction d’innovations testées et approuvées par des entités « Climat neutre ».



M. Mora faisait partie des quatre dirigeants présents lors de la conférence de presse organisée pour annoncer l’adhésion du 100e membre du réseau CN Net, la ville de Copenhague, la capitale danoise, qui accueillera la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, en décembre 2009.



Dans l’optique de devenir la « capitale mondiale du climat », Copenhague a déjà réduit ses émissions de CO2 d’un cinquième depuis 1990 et s’est engagée à opérer une diminution supplémentaire de 20 pour cent d’ici à 2020, selon le PNUE.












Climate change vulnerability in Africa.

Anna Ballance/UNEP
Climate change vulnerability in Africa.
http://www.irinnews.org/photo
Jeudi, mai 29, 2008
L’Afrique invitée à rejoindre le Réseau pour un climat neutre
Climate change vulnerability in Africa.


Photo: Anna Ballance/UNEP
Vulnérabilité au changement climatique en Afrique

Dans un message télévideo, Klaus Bondam, maire de Copenhague en charge de la technologie et de l’environnement, a déclaré : « En ma qualité de maire d’une ville qui prend très à cœur notre lutte commune contre le changement climatique, je suis heureux de voir que tant de villes, dans le monde entier, ont adhéré à des objectifs ambitieux de réduction du CO2 et rejoint le Climate Neutral Network ».



« Cinquante pour cent de la population mondiale vit dans des villes, et les villes de l’ensemble du monde sont responsables de 75 pour cent des émissions mondiales de CO2. Dès lors, si les pays souhaitent véritablement lutter contre le changement climatique, les villes et leurs populations urbaines sont leurs principales alliées dans ce combat ».



Faire passer le mot



CN Net, une initiative du PNUE, vise à promouvoir les actions entreprises dans le monde en faveur d’économies et de sociétés à faibles émissions de gaz carbonique.



Le réseau a été lancé en 2008 ; il comptait initialement parmi ses membres quatre pays, quatre villes et cinq entreprises. Il réunit des pays, petits et grands, des villes, des entreprises internationales, des agences des Nations Unies et des organisations non-gouvernementales (ONG).



« Un an plus tard, face aux crises environnementales et financières actuelles, CN Net est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été, en tant que vitrine à la fois de la promesse et de la viabilité du modèle de développement à faibles émissions, qui va de pair avec les initiatives émergentes lancées aux quatre coins de la planète en faveur d’une Economie verte », a déclaré Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE.



Nick Nuttall, porte-parole du PNUE, a expliqué que le réseau CN Net s’inscrivait dans le cadre des efforts déployés pour enrayer un pessimisme croissant sur la possibilité d’un accord en faveur d’une planète verte, au sommet de Copenhague, en décembre prochain.



« Nous cherchons à faire en sorte que les gens puissent vivre dans des sociétés à émission zéro ; CN Net innove, aussi, et les [membres] peuvent s’informer de ce que d’autres font pour être au courant des possibilités qui leur sont offertes », a-t-il dit.



Le PNUE s’efforcera de mieux informer les pays d’Afrique et autres pays en voie de développement des activités de CN Net, a-t-il ajouté, car le réseau n’est pas une initiative réservée aux pays développés.



« Le monde entier doit devenir vert, et moins dépendant des énergies fossiles ; ce n’est pas ciblé uniquement sur les économies développées », a-t-il noté.



js/mw/nh/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help us be the transformation we’d like to see in the news industry

The current journalistic model is broken: Audiences are demanding that the hierarchical, elite-led system of news-gathering and presentation be dismantled in favour of a more inclusive and holistic model based on more equitable access to information and more nuanced and diverse narratives.

The business model is also broken, with many media going bankrupt during the pandemic – despite their information being more valuable than ever – because of a dependence on advertisers. 

Finally, exploitative and extractive practices have long been commonplace in media and other businesses.

We think there is a better way. We want to build something different.

Our new five-year strategy outlines how we will do so. It is an ambitious vision to become a transformative newsroom – and one that we need your support to achieve.

Become a member of The New Humanitarian by making a regular contribution to our work - and help us deliver on our new strategy.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join