1. Accueil
  2. Asie
  3. Sri Lanka

Une organisation anticorruption dénonce la « disparition » de fonds d’aide au Tsunami

Plus de 500 millions de dollars américains versés au Sri Lanka au titre de l’aide humanitaire à la suite du tsunami ont « disparu », a révélé une organisation de lutte mondiale contre la corruption.

Selon Transparency International Sri Lanka (TISL), les enquêtes menées par l’organisation ont révélé un écart entre le montant des fonds versés par les agences humanitaires internationales et les sommes investies dans des projets humanitaires et de reconstruction après le tsunami de 2004.

« L’écart entre le montant des fonds versées et les sommes dépensées a donné lieu à une controverse, mais aucune explication crédible nous a été fournie », a déclaré TISL dans un rapport publié à l’occasion du troisième anniversaire de la catastrophe. « Il n’y a aucune explication précise pour justifier les 53 597 253 625 roupies [environ 535 millions de dollars] manquants.

Néanmoins, le gouvernement continue d’affirmer que son programme de reconstruction a été un réel succès. Anura Priyadarshana Yapa, porte-parole et ministre de la Communication du gouvernement a déclaré la semaine dernière que le Sri Lanka s’en sortait mieux que les autres pays frappés par le tsunami et que le taux de réussite de son programme était de 80 pour cent.

D’après les chiffres que le TISL a pu obtenir en début d’année de la Banque de données à l’assistance au développement (Development Assistance Database/DAD) – un site web officiel qui enregistre les montants des fonds versés après le tsunami au titre de l’aide humanitaire – les bailleurs ont débloqué environ 1,2 milliard de dollars (alors qu’ils s’étaient engagés à en verser deux fois plus).

Selon le DAD, sur les quelque 1,2 milliard de dollars disponibles, environ 685 millions de dollars ont été investis dans des projets post-tsunami.

Le TISL a estimé qu’il avait des raisons de penser qu’une partie des fonds « avait été utilisée par le gouvernement à d’autres fins », mais n’a pas pu expliquer ce à quoi cet agent aurait pu servir.

Des allégations rejetées par le gouvernement

Une responsable du gouvernement chargée de la supervision des projets de réhabilitation post-tsunami a catégoriquement rejeté les allégations du TISL. Selon elle, les chiffres avancés par le TISL sont erronés, car ils ont été saisis dans la base de données par des agences de coopération bilatérale et multilatérale.

« Le gouvernement n’a aucun contrôle sur les chiffres figurant dans cette base de données parce que les donateurs se chargent eux-mêmes de la saisie de ces chiffres », a expliqué à IRIN Shanthi Fernando, responsable à la présidence des projets de reconstruction et de réhabilitation post-tsunami. « Ce ne sont pas des sommes perçues directement par le gouvernement ».

Aucun audit financier sur la gestion des fonds

Selon le TISL, depuis la publication d’un rapport provisoire en 2005, le gouvernement n’a commandité aucun audit financier sur la gestion des fonds versés après le tsunami. « Ainsi, la situation financière générale est ambiguë et ouvre la voie à toutes sortes de spéculations », pouvait-on lire dans le rapport du TSIL.


Photo: Christine Jayasinghe/IRIN
Mécontents, les habitants du camp de Lunawa, près de Colombo, ne cessent de répéter qu'ils veulent des habitations proches de la mer, car bon nombre d'entre eux sont des pêcheurs

Toutefois, d’après Mme Fernando, tous les ministères impliqués dans des projets post-tsunami ont réalisé leur propre audit financier et le gouvernement n’a donc pas besoin d’en faire faire un autre.

Le TISL a également soulevé le problème des interventions politiques dans l’affectation des logements et certains faits de corruption impliquant des autorités villageoises des faits qui devront faire l’objet d’une enquête.
« Les projets de reconstruction à grande échelle […] nécessitent la mise en place d’un dispositif permettant d’enregistrer des plaintes liées à des faits de corruption », a expliqué le TISL, qui recommande que le gouvernement établisse une procédure de dépôt de plainte officielle.

cj/bj/cb/ads


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join