1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

La Chine au chevet du Liberia pour lutter contre l'épidémie de fièvre de Lassa

[Liberia] A young child nibbles a piece of bread in a Monrovia hospital while his mother holds him. He was brought into the hospital suffering sever malnutrition. Through feeding and special diet he is slowly recovering. [Date picture taken: 2005/07/09]
There are 34 medical doctors in all of Liberia (IRIN)

L’ambassade de la République populaire de Chine au Liberia fournira suffisamment de médicaments au Liberia pour permettre aux autorités sanitaires du pays de juguler l’épidémie de fièvre de Lassa.

En général, la fièvre de Lassa se transmet à l’homme au contact de rats infectés et tue chaque année près 5 000 personnes en Afrique de l’Ouest. L’épidémie qui a éclaté dans le Comté de Nimba (Nord) en septembre dernier a tué sept des dix personnes souffrant de la maladie. Le ministère libérien de la Santé ne dispose d’aucune statistique récente sur l’épidémie.

En septembre déjà, les autorités sanitaires libériennes indiquaient qu’elles ne disposaient pas d’assez de médicaments pour traiter les personnes atteintes de la fièvre de Lassa et les Nations unies avait noté que l’état de déliquescence des infrastructures médicales du pays ne permettait pas de lutter efficacement contre une maladie infectieuse.

Cependant, l’ambassade chinoise à Monrovia a annoncé jeudi dernier que, suite à la demande pressante du ministre libérien de la Santé, la Chine fournira assez de lots de médicaments pour contenir l’épidémie de la fièvre de Lassa.

« Un lot de trois cent médicaments sera livré pour traiter trois cent patients atteints de la fièvre de Lassa », a indiqué un diplomate de l’ambassade.

La République populaire de Chine fournira également des médicaments antipaludéens et du matériel médical pour les hôpitaux de la capitale. Une équipe de neuf spécialistes prodigue des soins gratuits à l’hôpital John F. Kennedy de Monrovia, a précisé le diplomate chinois.

Dix-huit fonctionnaires et techniciens du ministère libérien de la Santé sont actuellement en Chine où ils suivent une formation sur la lutte contre le paludisme et le traitement/prévention contre le VIH/SIDA.

Selon le rapport sur le développement humain au Liberia, publié en août dernier, plus de 95 pour cent des 325 établissements de santé qui fonctionnaient avant les quatorze années de guerre civile libérienne ont complètement ou partiellement été détruits. Les infrastructures sanitaires en milieu rural ont été les plus affectées.

Toujours selon le rapport, à la fin de la guerre civile en 2003, le pays comptait moins de 20 médecins libériens. Fin 2005, seuls 14 nouveaux médecins ont été formés et le Liberia ne compte aujourd’hui que 34 médecins.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join