The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Burundi

Le CNDD-FDD intègre le gouvernement

Le président du Burundi, Domitien Ndayizeye a remanié son cabinet dimanche pour incorporer la plus importante faction rebelle du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces nationales pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD) dirigée par Pierre Nkurunziza.

Le président Ndayizeye a nommé par décret M. Nkurunziza, ministre d'Etat chargé de la bonne gouvernance. Cette nomination place le chef du CNDD-FDD à la troisième position dans la hiérarchie de l'Etat, derrière le président et le vice-président. Ces deux derniers doivent en effet consulter le ministre chargé de la bonne gouvernance pour tout ce qui concerne la sécurité de l'Etat et les nominations au sein du gouvernement.

Le remaniement fait suite à l'accord de partage du pouvoir signé entre le gouvernement et le CNDD-FDD, le 16 novembre dernier à Dar es Salaam, en Tanzanie.

Trois autres membres du CNDD-FDD ont également été nommés au sein du gouvernement: le ministre de l'intérieur, Simon Nyandwi; le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Onesime Nduwimana ainsi que le ministre des travaux publics, Salvator Ntahomenyereye.

Selon les termes de l'accord de partage du pouvoir, le CNDD-FDD occupera 40% des postes dans l'état-major de l'armée et 35% dans celui de la police. Il aura encore deux postes au sein du bureau du parlement et 15 représentants dans cette institution.

La date de la prestation de serment des ministres n'a pas été annoncée.

Le Burundi est actuellement dirigé par un gouvernement transitoire de trois ans. Cette phase transitoire avait été décidée par les accords d'Arusha pour la paix et la réconciliation du 28 août 2000. Ils établissent deux périodes de 18 mois au cours desquelles le pays est dirigé par un Tutsi puis par un Hutu.

La transition est aujourd'hui dans sa seconde phase. Elle s'achèvera en novembre 2004 et sera suivi d'une élection législative et présidentielle. Toutes les parties doivent néanmoins s'entendre sur l'adoption d'une nouvelle loi électorale qui n'a pas pour l'heure été édictée.

Les membres composant le nouveau cabinet du président Ndayizeye sont les suivants:

Ministre d'Etat chargé de la bonne gouvernance et de l'Inspection générale de l'Etat: Pierre Nkurunziza (leader du CNDD-FDD)

Ministre des relations extérieures et de la coopération : Térence Sinunguruza (un Tutsi du Parti de l'unité pour le progrès [Uprona], il conserve son poste)

Ministre de l'Intérieur: Simon Nyandwi (CNDD-FDD)

Ministre de la Sécurité publique: Fulgence Dwima Bakana (un Hutu du Front pour la démocratie au Burundi [Frodebu], il occupait avant les fonctions de ministre de la justice)

Ministre de la Justice et garde des sceaux: Didace Kiganahe (un Tutsi du Frodebu, il occupait les fonctions de ministre chargé de la bonne gouvernance)

Ministre de la Défense nationale: Major Général Vincent Niyungeko (un Tutsi, il conserve son poste)

Ministre de la planification, du développement et de la reconstruction: Mrs Séraphine Wakana (une Tutsie de l'Uprona, elle conserve son poste)

Ministre du développement communal: Cyrille Hicintuka (un Hutu de la plus petite faction du Front national de libération [FNL], il occupait les fonctions de ministre de la fonction publique)

Ministre de la Réinsertion et à la Réinstallation des déplacés et des rapatriés: Mrs Françoise Ngendahayo (une Tutsi de l'Uprona, elle conserve son poste)

Ministre chargé de la mobilisation pour la paix et la réconciliation: Antoine Butoyi (un nouvel arrivé)

Ministre de l'Aménagement du territoire et de l'environnement et du tourisme: Albert Mbonerane (un Hutu de la faction du CNDD dirigée par Léonard Nyangoma, il occupait les fonctions de ministre de la communication)

Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage: Pierre Ndikumagenge (un Tutsi de l'Uprona, il conserve son poste)

Ministre de l'Artisanat, de l'Enseignement, des Métiers et de l'Alphabétisation des Adultes: Godefroid Hakizimana (un Tutsi du Parti social démocrate [PSD], il conserve son poste)

Ministre du Travail et de la Sécurité sociale: Dismas Nditabiriye (un Tutsi de l'Alliance nationale pour le droit et le développement [ANADDE], il conserve son poste)

Ministre de la Fonction publique: Gaspard Kobako (un Hutu de la plus petite faction du CNDD-FDD, il occupait les fonctions de ministres des travaux publics et de l'Equipement)

Ministre des Finances: Athanase Gahungu (un Tutsi de l'Uprona, il conserve son poste)

Ministre du commerce et de l'Industrie: Thomas Minani (un nouvel arrivé)

Ministre de l'Education Nationale: Salvator Ntihabose (un Hutu du Frodebu, il occupait les fonctions de ministre de l'intérieur et de la sécurité publique)

Ministre de l'Action Sociale et de la Promotion de la Femme: Mrs Juliette Icoyitungiye (une nouvelle arrivée)

Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture: Barnabé Muteragiranwa (un Hutu du rassemblement pour le peuple du Burundi, il occupait les fonctions de ministre de l'environnement et du tourisme)

Ministre de la Santé publique: Dr Jean Kamana (un Hutu du Frodebu, il conserve son poste)

Ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement: Onésime Nduwimana (CNDD-FDD)

Ministre des Travaux Publics et de l'Equipement: Salvator Ntahomenyereye (CNDD-FDD)

Ministre des Transports, des Postes et des Télécommunications: Séverin Ndikumugongo (un Hutu du Parti du peuple [PP], il conserve son poste)

Ministre de l'Energie et des Mines: André Nkundikije (un Tutsi du parti Vert Intwari, il conserve son poste)

Ministre des Réformes Institutionnelles, des droits de l'homme et Relations avec le parlement: Deogratias Rusengwamihigo (un nouvel arrivé)

Ministre à la Présidence chargé de la lutte contre le Sida: Luc Rukingama (un Hutu de l'Uprona, il occupait les fonctions de ministre de la mobilisation pour la paix et la réconciliation).


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join