1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

Bozize lève le couvre-feu

Le leader de la République Centrafricaine, François Bozize, a levé le couvre-feu imposé depuis le 15 mars lorsqu'il avait renversé du pouvoir Ange-Félix Patasse, a rapporté la radio d'Etat centrafricaine.

La levée de cette mesure est intervenue vendredi à la suite d'une rencontre entre Bozize et une délégation de commerçants dans la capitale Bangui. Le couvre-feu de minuit à 5 heures affectait, en effet, les activités économiques et empêchait notamment les biens de consommation de base d'atteindre les régions rurales, ont expliqué les commerçants à Bozize.

Au cours de la guerre entre le mois d'octobre 2002 et le mois de mars 2003, opposant les forces gouvernementales et les rebelles, l'Ouest et le Nord du pays avaient été coupés de Bangui. Or, cette ville manufacturait les produits pour les villes provinciales.

Avec le retour progressif de la sécurité à travers le pays, les commerçants et transporteurs ont repris leurs activités bien que le couvre-feu demeurait un obstacle.

Le couvre-feu avait été décidé pour dissuader les détenteurs illégaux d'armes à feu de circuler. A la suite d'opérations conjointes des forces de maintien de la paix de la Communauté Economique et Monétaire des Etats de l'Afrique Centrale et des forces gouvernementales, à Bangui et dans la campagne, le couvre-feu avait été assoupli. Il débutait alors à minuit au lieu de 21 heures.

La levée du couvre-feu est concomitante à l'examen par le Conseil national de transition de projets de loi sur la détention illégale d'armes ainsi que sur le pillage des propriétés privées et publiques. De nombreux bâtiments avaient, en effet, été pillés et saccagés après le coup d'état de Bozize.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join