1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Burkina Faso

Un leader de l'opposition aux arrêts

Country Map - Burkina Faso (Ouagadougou)
Burkina Faso (IRIN)

Le gouvernement du Burkina Faso a arrêté Norbert Tiendrébéogo, leader du parti d'opposition du Front des Forces Sociales (FFS), qui serait lié à un complot de coup d'état.

Le dirigeant adjoint du FFS, Brice Yogo, a informé IRIN que M. Tiendrébéogo avait été convoqué au siège de la police pour audition lundi, et avait été par la suite incarcéré.

Il est la seizième personne arrêtée en relation avec le complot de coup d'état pour renverser le Président Blaise Compaoré. M. Compaoré dirige ce pays ouest-africain, enclavé et pauvre, depuis 1987.

Le FFS de M. Tiendrébéogo a été créé par des personnes proches du regretté Président Thomas Sankara, tué dans le coup d'état qui a porté M. Compaoré au pouvoir.

Au début de ce mois, 15 soldats avaient étés arrêtés, en relation avec le complot du coup d'état prétendu. L'un d'entre eux a trouvé la mort au cours de sa détention. Le Procureur général, Abdoulaye Barry a révélé que le sergent Moussa Kaboré, né en Côte d'Ivoire voisine, s'était pendu dans sa cellule le 8 octobre.

M. Barry a annoncé au début de ce mois que le complot de coup d'état était appuyé par un pays voisin qu'il a refusé de nommé, qui avait payé les conspirateurs en liquide et avait promis de leur livrer des armes. Il a précisé que le cerveau prétendu de ce complot, le capitaine Wally Luther Diapagri, avait tenu des rencontres avec des " autorités en Côte d'Ivoire et au Togo en septembre".

Les gouvernements de Cote d'Ivoire et du Burkina Faso se regardent en chien de faïence. Le Président ivoirien Laurent Gbagbo a constamment accusé M. Compaoré de soutenir les rebelles qui ont occupé la moitié Nord de la Côte d'Ivoire, les 13 derniers mois.

M. Yogo a expliqué que M. Tiendrébéogo était ami au capitaine Bayoulou Balibie, l'un des présumés comploteurs, qui a été arrêté au début de ce mois. Il a cependant insisté que le FFS était engagé dans le processus démocratique.

"Nous réaffirmons que notre parti est définitivement engagé dans le processus démocratique et prêt à conquérir le pouvoir par les urnes", a-t-il déclaré.

Une coalition des partis de l'opposition, dénommée G14, a adressé une pétition au gouvernement pour la libération immédiate de M. Tiendrébéogo . "[Arrêter] notre camarade Norbert Tiendrébéogo fait partie d'une vaste campagne et manœuvre pour déstabiliser et intimider l'opposition au Burkina Faso," a estimé le groupe dans un communiqué.

Le Mouvement du Burkina Faso pour les droits humains des personnes (MBDHP) s'est, entre-temps, plaint que plusieurs détenus sont incarcérés depuis 20 jours maintenant, beaucoup plus longtemps que les 3 jours requis par la loi.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join