1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

Trois officiers du RCD-Goma pourraient perdre leurs postes au sein de l'état-major de l'armée

Les trois officiers, qui refusent de prendre leurs fonctions au sein de la nouvelle armée unifiée de la République démocratique du Congo, pourraient être remplacés, a déclaré mercredi à l'IRIN, le porte-parole du gouvernement Vital Kamerhe depuis Kinshasa, la capitale.

Le général de brigade Laurent Nkunda et les colonels Elie Gichondo et Eric Ruhorimbere, nommés respectivement commandant et commandants adjoints de la 10ième région militaire, refusent en effet, de se rendre à Kinshasa pour des motifs sécuritaires et préfèrent rester à Goma, dans l'Est de la RDC. Les trois anciens officiers du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD-Goma) - ancien mouvement rebelle qui fait partie du gouvernement d'union nationale - avaient, en effet, été accusés d'avoir commis des violations graves des droits de l'Homme.

"Je peux confirmer ceci," a dit Kamerhe, "le RCD-Goma sera obligé de choisir d'autres officiers."

Kamerhe a ainsi confirmé les informations communiquées à l'IRIN par des sources militaires selon lesquelles, si les trois officiers visés ne se rendent pas immédiatement à Kinshasa, le RCD-Goma devra en proposer d'autres. Dans l'hypothèse d'un refus de leur part, le gouvernement provisoire pourvoirait alors à leur remplacement.

Kamerhe a également confirmé l'intention de ces trois officiers de rejoindre Kinshasa.

Le chef d'état-major général, le lieutenant-général Liwanga Mata Nyamunyobo, avait décidé le 9 septembre dernier, après leur refus de participer à la cérémonie d'inauguration de la nouvelle armée, le 5 septembre, de les déférer devant la Haute cour militaire pour "refus d'ordre".

L'état-major de la nouvelle armée unifiée est constitué par des officiers émanant des principales parties belligérantes: les miliciens Mayï-Mayï, le RCD-Goma, le Mouvement de libération du Congo, le RCD-Kisangani/Mouvement de libération, le RCD-National et l'ancien gouvernement.

Une distribution de rations alimentaires est également en cours auprès d'environ 270.000 soldats de l'armée unifiée. L'opération se déroule à l'occasion d'une mission dirigée par le général-major Sylvain Buki, le chef d'état-major des forces terrestres.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join