1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

Les troupes de l'ONU succèdent à la Force multinationale

[DRC] Bangladeshi soldiers raise the UN and Bangladesh flags in Bunia town on 31 August after the French-led EU force handed over its last checkpoint to MONUC.
Les soldats bangladais à la montée des drapeaux ONU et Bangladais le 31 août après passation de charge avec les troupes françaises de l'UE au poste de contrôle de la MONUC (IRIN)

La Force multinationale intérimaire d'urgence qui avait été déployée à Bunia, dans le Nord-Est de la République Démocratique du Congo, a officiellement cédé sa place à la Monuc, la mission des Nations Unies en RDC, ce lundi au cours d'une cérémonie présidée par William Swing, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, dans ce pays.

La plus chère des paix est préférable à une guerre à bas prix, a dit en substance William Swing lors de son discours après la passation de commandement.

En remerciant les Etats membres de l'Union européenne qui ont fourni des troupes à la force multinationale, William Swing a affirmé que cette force avait réussi à stabiliser la ville de Bunia et à permettre le déploiement des troupes de la Monuc tout en harmonisant leurs commandements respectifs.

Le représentant spécial a encore évoqué, à l'occasion de cette passation de pouvoir entre ces deux forces, un signe par lequel la violence à Bunia en particulier et celle affectant l'ensemble du district de l'Ituri en général allait en s'amenuisant.

Le chef de la Monuc a déploré les affrontements qui perdurent dans ce district depuis des années en rappelant les 50.000 victimes du conflit et les 500.000 déplacés.

Il a appelé les combattants de l'Ituri à arrêter les hostilités et à rejoindre le processus de paix. William Swing a, en effet, évoqué un train en marche qui prend de la vitesse mais à bord duquel il n'est pas trop tard de monter.

Le mandat de la Monuc a été renforcé par la résolution 1493, adoptée sous le chapitre sept de la charte des Nations Unies par le Conseil de sécurité des Nations Unies le 28 juillet dernier. Ce nouveau mandat autorise le recours à la force. Dans ces circonstances, William Swing a affirmé la volonté de la Monuc d'utiliser pleinement cette habilitation pour sécuriser la région de l'Ituri.

Les nouvelles troupes de la Monuc, appelée Brigade de l'Ituri, vont rapidement se déployer à travers l'Ituri, a expliqué William Swing, en ajoutant que les Nations Unies se sont engagées à s'assurer que la stabilité établie par la Force multinationale serait maintenue et renforcée.

La cérémonie de passation de commandement s'est déroulée au camp de Ndoromo en présence du commandant de la force européenne, le général Jean-Paul Thonier, du commandant de la Monuc, le général Mountaga Diallo et du commandant de la Brigade de l'Ituri, le général Jern Isberg, l'ancien adjoint au commandement de la Monuc.

Les dernières troupes de la force multinationale sont basées au camp de Ndoromo, sur une colline surplombant Bunia et son aéroport.

Le porte-parole de la Force multinationale, le colonel Gérard Dubois a dit à IRIN que la plupart des troupes quitterait Bunia le 8 septembre mais que certains éléments resteraient jusqu'au 15 pour assister les 2.500 hommes de la Monuc. Les nouveaux contingents sont principalement composés de soldats du Bangladesh, de l'Uruguay, du Pakistan, de l'Indonésie, du Népal et de l'Inde.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join