1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

Des civils seraient détenus dans des "camps de travail"

Country Map - DRC (Fataki)
(IRIN)

Des civils de l'ethnie Hema auraient été déportés par des Lendu dans des camps de détention, dans les alentours de la ville de Fataki, à 80 km au Nord de Bunia, dans le Nord-est de la République Démocratique du Congo.

Cette information a été rapportée, samedi dernier, par l'agence d'information de l'Eglise catholique Misna, qui s'est basée sur des témoignages concordants recueillis dans la localité de Boulé à 10 km de Fataki.

Deux femmes ont réussi à s'échapper de ces camps et sont arrivées à Boulé il y a deux jours, a rapporté Misna. Elles avaient été enlevées à Fataki par les Lendu, avec 130 autres civils, lors des combats des mois de juillet et d'août.

"Les femmes et les plus jeunes sont retenus en état d'esclavage," a témoigné une des deux femmes, en précisant que les détenus sont systématiquement maltraités.

Selon les informations de Misna, les camps seraient de véritable "camps de travail" dans lesquels les prisonniers sont contraints, sous la menace des armes, d'effectuer des travaux agricoles.

Misna dénonce encore dans son communiqué la situation humanitaire des déplacés à Boulé. Ils ne bénéficient, selon les sources de Misna, de presque aucune assistance. L'agence d'information a signalé, toutefois, qu'un avion des organisations humanitaires a apporté la semaine dernière pour la première fois depuis un mois, "des médicaments, des couvertures et de la nourriture destinés à des milliers de personnes vivant dans des conditions désespérées".

Les affrontements de juillet-août avaient provoqué la mort de 80 personnes et déplacé 5.000 autres vers Boulé.

Le vicaire paroissial de Fataki, Jean-Faustin Mandro Kpanga, âgé de 30 ans, avait disparu lors de ces combats. Selon des sources religieuses rapportées par Misna, "son corps a été sauvagement abattu dans la localité d'Aidha, à une quinzaine de kilomètres de Fataki, d'où l'abbé Faustin et un groupe de personnes avaient été déportés au début du mois d'août".

Des témoins ont avancé à Misna qu'il était pour l'heure impossible de récupérer le corps du prêtre en raison de l'insécurité dans cette zone.

C'est la raison pour laquelle la Monuc - la force de maintien de la paix des Nations Unies - n'a pu se déployer en dehors de Bunia alors que la force multinationale intérimaire d'urgence avait un mandat limité à la sécurisation de cette ville et de son aéroport.

Le Conseil de sécurité a, néanmoins, renforcé le mandat de la MONUC par la résolution 1493. La durée de son mandat a été étendue jusqu'au 30 juillet 2004. Ses effectifs sont passés de 8.700 à 10.800 hommes. La résolution autorise le recours à la force pour notamment protéger les civils et le personnel humanitaire.

Aucun des groupes armés combattant pour le contrôle de l'Ituri n'avait signé l'accord national de partage du pouvoir ayant conduit le 30 juin dernier à l'installation d'un gouvernement d'unité nationale dirigé par le président Joseph Kabila. Les leaders des milices de l'Ituri ont toutefois signé la semaine dernière un mémorandum par lequel ils acceptaient de travailler avec le nouveau gouvernement transitoire pour restaurer l'autorité de l'Etat dans cette région.




This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join