The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

L'opposition rejette l'offre de dialogue du gouvernement

Une coalition formée par les six principaux partis politiques de Guinée a rejeté l'offre du gouvernement d'engager un dialogue préalable aux élections présidentielles de décembre prochain. Elle a demandé au président Lansana Conté de créer d'abord une commission électorale indépendante, et d'autoriser l'ouverture de stations de radio et de télévision privées dans le pays.

Les six partis, regroupés sous la bannière du Front républicain pour le changement démocratique (FRAD), ont également demandé une amnistie en faveur des prisonniers politiques détenus par les autorités, et que les forces de l'ordre cessent de s'immiscer dans les activités des partis politiques de l'opposition.

Le FRAD, qui inclut le Rassemblement du peuple guinéen (RPG), le parti du vétéran de l'opposition Alpha Condé, a fait connaître sa position dans une lettre ouverte adressée au ministre de l'Intérieur, Moussa Solano. Le ministre a été nommé par M. Conté mardi, pour présider au dialogue entre le gouvernement et l'opposition en vue de l'organisation d'élections libres, justes, transparentes et crédibles.

Le président du FRAD, Ba Mamadou, a déclaré à IRIN: "Ce que nous demandons ne nécessite pas de nouvelles négociations car nous l'avons fait par le passé, et maintenant ils peuvent prendre leurs décisions car il savent ce que nous voulons ".

Et d'ajouter : "L'opposition pense que l'offre de dialogue faite par le gouvernement est un stratagème pour obtenir des financements de la communauté internationale dans le but de financer les élections ".

Face au "manque de transparence dans le processus électoral ", la Commission européenne a supprimé l'aide financière prévue pour les législatives tenues l'an dernier. Le Parti de l'unité populaire (PUP) de M. Conté avait remporté une majorité écrasante à l'issue du scrutin.

M. Mamadou a souligné : "A présent, nous avons retenu notre leçon depuis la tenue en 1993 des premières élections pluralistes ici. Les élections ont toujours été truquées par le parti au pouvoir. Cette fois-ci, nous ne le laisserons pas faire".

M. Conté a accédé au pouvoir après un putsch en 1984, et dirige la Guinée d'une main de fer, en dépit de la légalisation des partis d'opposition et des journaux privés en 1992.

Tout porte à croire néanmoins que l'ancien colonel de l'armée, âgé de 68 ans, qui a eu de graves problèmes de santé ces dernières années, briguera un nouveau mandat de cinq ans aux prochaines élections.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join