1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Burundi

Les personnes déplacées regagnent leurs domiciles

Le mouvement des personnes déplacées vers le centre de Bujumbura, capitale du Burundi, a pris fin. "Des nombres importants (de déplacés) regagnent leurs domiciles", a annoncé lundi le Bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Les rebelles des Forces nationales de libération (FNL), dirigés par Agathon Rwasa, ont commencé à tirer des obus sur la ville, le 7 juillet, causant depuis lors la mort d’au moins 170 personnes et provoquant le déplacement de 15 000 habitants des banlieues sud de Bujumbura.

La dernière attaque signalée, dimanche, a coûté la vie à 28 rebelles qui, selon l’armée étaient âgés pour la plupart de 11 à 15 ans.

Dans un court rapport sur la situation actuelle, OCHA a confirmé que les affaires avaient repris dans la ville, lundi, alors que les employés se sont présentés au travail.

Le Bureau a fait savoir qu’il s’attendait à ce que ces personnes déplacées demeurant encore dans divers camps situés un peu partout dans la ville, reviendront chez elles au cours des prochains jours "dans la mesure où la situation en matière de sécurité demeurera stable". La plupart des déplacés assemblés au Musée vivant du Burundi sont retournés lundi dans leurs foyers, signale OCHA.

Selon le Bureau, environ 7 000 déplacés sont demeurés dans des sites établis à leur intention au Mont Sion, dans la partie nord de Mutaga, et dans les zones de Sororezo et Mugoboka. Quant aux agences des Nations Unies et aux ONG internationales, elle ont continué de fournir une aide d’urgence aux déplacés.

OCHA a précisé que le Comité international de la Croix-Rouge et l’organisme International Rescue Committee continuaient d’approvisionner les déplacés en eau. Le rapport annonce que le poste de santé tenu par Médecins sans frontières (MSF-Belgique) fonctionnera aussi longtemps que les déplacés ne seront pas tous repartis. Plusieurs déplacés sont restés dans un camp situé au Monument national de l'Unité nationale, selon le Bureau, notant que le Programme alimentaire mondial leur a distribué des rations alimentaires de sept jours.

"MSF-Suisse continue de diriger une clinique mobile, tandis que la Coopération italienne continuera de fournir de l’eau et des services d’assainissement", lit-on aussi dans ce rapport d’OCHA.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join