1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

LA CEDEAO sollicite des financements pour renforcer la force de paix

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) se tourne vers les donateurs occidentaux pour recueillir environ 40 millions de dollars afin de doubler, voire tripler, le dispositif de sa force de paix en Côte d'Ivoire qui compte 1 200 hommes, apprend-on de sources diplomatiques vendredi.

Les casques bleus ouest-africains actuellement dans le pays sont principalement financés par la France, qui a également envoyé 4 000 militaires en Côte d'Ivoire pour aider à faire appliquer le cessez-le-feu entre le gouvernement et les forces rebelles.

Le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont aussi apporté des contributions financières significatives à la force constituée de soldats du Ghana, du Togo, du Bénin, du Niger et du Sénégal, dépêchée en Côte d'Ivoire après que les rebelles contrôlant le nord du pays aient signé un accord de paix avec le gouvernement le 24 janvier 2003.

Mais les diplomates ont indiqué que la CEDEAO serait disposée à augmenter son contingent à plus de 3 000 hommes pour une période de six mois dans le but d'aider au contrôle du processus de désengagement et de désarment qui débutera bientôt.

Les sources ont ajouté que les Pays-Bas ont déjà offert une contribution d'un montant de 500 000 euros (580 000 dollars) pour aider au paiement d'une force de paix plus élargie, et ont indiqué que cette somme pourrait doubler. De son côté, la Belgique s'est engagée à verser 625 000 euros (712 000 dollars), ont-elles précisé.

Mais les sources ont déclaré que les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, qui avaient couvert le gros du coût initial de l'envoi de la force de la CEDEAO en Côte d'Ivoire pour six mois, d'un montant de 13 millions de dollars, réfléchissaient encore quant à l'opportunité d'un nouvel engagement financier.

Le dernier cessez-le-feu entre les forces gouvernementales et les forces rebelles, entré en vigueur le 3 mai, a été dûment respecté dans la majeure partie du pays, en dépit des attaques continues contre des villages par des miliciens incontrôlables, employés par les deux côtés au conflit, près de la frontière occidentale avec le Liberia. Celles-ci ont pris fin grâce au déploiement, fin mai, de plusieurs centaines de militaires français dans cette région.

Les hauts commandants militaires des deux parties au conflit vont se rencontrer le 17 juin pour se mettre d'accord sur les sites de cantonnement où les rebelles pourraient se regrouper et désarmer leurs combattants.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join