The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Ouganda

Les ambassadeurs de l'UE approuvent le déploiement d'une force multinationale

Country Map - DRC (Bunia)
This most recent round of armed hostilities followed the weekend theft and destruction of some 300,000 doses of various vaccines (IRIN)

Les ambassadeurs de l'Union européenne (UE) ont approuvé mercredi le déploiement par l'Union européenne de troupes d'imposition de la paix à l'est de la République démocratique du Congo.

La décision des ambassadeurs, réunis en sommet à Bruxelles, fait suite à l'
autorisation du Conseil de sécurité de l'ONU concernant le déploiement d'une force multinationale de 1400 hommes à Bunia, ville principale de l'Ituri, un district du nord-est de la RDC en butte à des conflits armés.

Dans un communiqué, le chef des affaires étrangères de l'UE, Javier Solana, a déclaré que la proposition officielle de déploiement sera soumise jeudi devant le Conseil.

« La prochaine étape, ce sera l'approbation du plan militaire et la décision officielle du lancement de l'opération, » a-t-il précisé. « Je prévois que ceci aura lieu la semaine prochaine. »

Compte-tenu de l'ampleur de la crise humanitaire dans la région, a-t-il dit, la force conduite par l'ONU
« sera déployée très rapidement ». Leur tâche consistera à stabiliser la situation à Bunia jusqu'à ce que le bataillon de l'ONU soit renforcé dans la ville. Avant tout, a souligné M. Solana, la force de l'UE aura pour tâche d'améliorer la situation humanitaire de la ville. Dans le cadre de son mandat, la force s'attachera à protéger les personnes déplacées, à contribuer à la sécurité de la population civile, du personnel de l'ONU, des agences humanitaires et d'assurer la sécurité de l'aéroport.

En outre, un nouvel élan sera donné aux efforts de l'UE et de l'ONU
actuellement en cours en vue de soutenir le processus de paix global en RDC et dans les Grands Lacs.

La France fournira environ la moitié des troupes de la force qui sera
commandée par le général Jean-Paul Thonier, selon l'AFP. Les premières
unités de la force partiront avant la fin de la semaine et mettront en place
une base avancée à l'aéroport d'Entebbe dans l'Ouganda voisin. L'AFP a rapporté que la France fournirait aussi des chasseurs à réaction Mirage et un avion ravitailleur.

Soutenant l'initiative française, la Belgique, l'ancienne puissance
coloniale en RDC, fournira des moyens de transport aériens tactiques utilisant des C-130s, a annoncé le gouvernement belge. En outre, la
Belgique réfléchira aux moyens de fournir une unité médicale pour la force.

En collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge, a ajouté le gouvernement belge, Bruxelles verra comment cette unité médicale pourra assister la population locale. La Belgique doit envoyer un officier de liaison pour la planification stratégique des forces de stabilisation et une
équipe de commandement pour aider à planifier et organiser la mission,
portant le nom de code « Opération Mamba ».

En outre, l'Allemagne apportera un soutien logistique et médical à cette
opération multinationale, d'après un bulletin diffusé jeudi par Comtex,
agence de nouvelles sur Internet, citant le porte-parole adjoint du
gouvernement Hans Langguth.

Sur le plan humanitaire, le gouvernement belge a déclaré que 500 000 euros ont été accordés à l'ONG internationale Memisa pour permettre l'achat de médicaments et d'équipement médical qui seront envoyés à Bunia. En outre, UNICEF recevra une somme égale qui permettra d'approvisionner en eau les
réfugiés de l'est de la RDC. Une autre enveloppe de 100 000 euros a été
accordée à UNICEF pour pouvoir déployer du matériel et des secours à Goma, dans l'est de la RDC, « afin de faire face aux situations d'urgence dans cette région (notamment l'Ituri) », selon le gouvernement belge.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join