1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Burkina Faso

Obasanjo en tête du scrutin présidentiel

Chers lecteurs,
Dus à des problèmes techniques, nous n'avons pu vous faire les dépêches de la semaine à temps. Nous vous présentons nos excuses pour tout désagrément causé.



Les résultats des élections présidentielles de samedi dans plus de la moitié des 36 Etats du Nigeria révèlent que le président actuel, Olusegun Obasanjo, a une grande marge d'avance sur son adversaire le plus proche, Muhammadu Buhari.

Les résultats dans 21 Etats lundi ont donné 13,64 millions de suffrages (environ 66 pour cent) à M. Obasanjo, contre 5,62 millions (environ 27 pour cent) pour M.Buhari. Les suffrages restants, soit sept pour cent, étaient partagés par 18 autres candidats de l'opposition.

Les élections de samedi comportaient aussi des élections pour le poste de gouverneur d'Etat. La plupart des governorats déclarés jusqu'à présent ont été remportés par le parti au pouvoir, qui a fait des percées dans d'anciennes chasses gardées de l'opposition, en particulier dans le sud-ouest.

Cependant, la plupart des partis d'opposition ont protesté contre les résultats, alléguant une fraude massive de la part du parti au pouvoir à travers l'utilisation de l'appareil étatique.

"Ce à quoi nous avons assisté n'était pas des élections", a déclaré à IRIN Uche Ezechukwu, porte-parole du principal parti opposant, All Nigeria People's Party (ANPP). "Nous avons une situation où les gens expriment leur volonté d'une façon et celle-ci est réécrite d'une autre façon par le gouvernement et par les responsables électoraux ".

L'élection de samedi a été pacifique dans la majeure partie de ce pays ouest-africain de 120 millions d'habitants, avec près de 61 millions d'électeurs inscrits. Des incidents isolés ont toutefois été signalés dans différentes parties du pays, notamment la saisie des urnes et des matériels électoraux par des thugs politiques. Dans l'Etat de Baylesa, dans la région pétrolière du Delta du fleuve Niger (sud du Nigeria), six jeunes auraient été tués par balles par des policiers après avoir résisté aux ordres leur intimant de sortir d'un centre électoral.

"Autant que nous sachions, il n'y a pas eu de trucage", a affirmé dimanche aux journalistes Abel Guobadia, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dans la capitale, Abuja. Il a indiqué que les votes seraient annulés dans les régions où il a été confirmé que des urnes avaient été saisies et les matériels des élections truqués.

Pourtant, les observateurs électoraux ont exprimé leur inquiétude devant les statistiques communiquées par la CENI il y a une semaine pour les élections législatives du 12 avril qui ont révélé d'énormes taux de participation dans certains endroits où les élections ont été boycottées.

La Commission électorale a fait état d'un taux de participation de 98 pour cent dans des parties du Delta du Niger où les militants de l'ethnie ljaw avaient boycotté les élections. Dans les élections des gouverneurs, également samedi, dans une autre région du sud, l'Etat de Rivers, remportées par le candidat du Parti populaire démocratique au pouvoir (People's Democratic Party), la commission a rapporté une participation de 96 pour cent, en dépit d'un boycott du principal parti d'opposition.

Des contrôleurs de la Commission catholique justice, paix et développement, disposant du plus grand nombre d'observateurs électoraux dans le pays (30,000), ont accusé la CENI de ne pas avoir reflété les tendances électorales observées dans les centres de vote dans les résultats définitifs qu'elle a annoncés. Les observateurs de l'International Republican Institute des Etats-Unis ont également mis l'accent sur les "divergences" dans les chiffres de la CENI.

La police et l'armée ont été déployées à travers les grandes villes du Nigeria pour prévenir une violence anticipée après que l'ANPP ait appelé il y a une semaine à une "action de masse" par ses sympathisants s'ils estimaient que le scrutin avait été truqué.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help make quality journalism about crises possible

The New Humanitarian is an independent, non-profit newsroom founded in 1995. We deliver quality, reliable journalism about crises and big issues impacting the world today. Our reporting on humanitarian aid has uncovered sex scandals, scams, data breaches, corruption, and much more.

 

Our readers trust us to hold power in the multi-billion-dollar aid sector accountable and to amplify the voices of those impacted by crises. We’re on the ground, reporting from the front lines, to bring you the inside story. 

 

We keep our journalism free – no paywalls – thanks to the support of donors and readers like you who believe we need more independent journalism in the world. Your contribution means we can continue delivering award-winning journalism about crises. Become a member of The New Humanitarian today

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join