The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

Des travailleurs humanitaires et des réfugiés toujours portés disparus à l'est

Le sort de la plupart des 87 travailleurs humanitaires et des 5 268 réfugiés, rapatriés et ressortissants de pays tiers qui ont été dispersés par les combats de la semaine dernière dans le nord-est du Liberia, reste une énigme, a rapporté lundi le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (BCAH/OCHA). Les réfugiés, les rapatriés et les ressortissants de pays tiers, qui avaient fui les hostilités dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, avaient été en transit dans un camp se trouvant dans le comté du Grand Gedeh.

Deux employés internationaux d'Action Contre la Faim (ACF) et deux de Médecins sans Frontières (MSF), ainsi que trois agents locaux du PAM qui étaient parmi les 87, sont arrivés sains et saufs en Côte d'Ivoire. Cependant, d'autres employés d'ACF (40), d'une ONG appelée 'Liberians United to Save Humanity' (13), de Médecins Sans Frontières-France (35), du HCR (2), du United Methodist Committee on Relief (4), et du PAM (4) sont encore portés disparus, a informé OCHA dans son bulletin hebdomadaire pour la période du 23 au 31 mars.

Les travailleurs qui étaient basés dans la localité de Zwedru, dans le comté du Grand Gedeh - près de la frontière ivoirienne - se sont dispersés alors qu'ils cherchaient un refuge durant les affrontements de mercredi soir, apparemment entre les forces gouvernementales libériennes et des rebelles venus de la Côte d'Ivoire. Le coordinateur humanitaire de l'ONU au Liberia, Marc Destanne de Bernis, a déclaré à IRIN que le contact avec les travailleurs humanitaires a été perdu jeudi matin.

OCHA a également rapporté que les récents combats près du camp de Ricks Institute pour les personnes déplacées à l'intérieur, à 20 km à l'ouest de la capitale libérienne, Monrovia, avaient délogé de nombreux déplacés, portant le contingent à environ 21 390.

A l'issue de l'attaque, le gouvernement a ordonné que les déplacés à l'intérieur et les camps de réfugiés situés dans le comté de Montserrado soient transférés le long de la route conduisant à l'aéroport. Le transfert proposé concerne un nombre estimé à 200 000 déplacés, et quelque 19 000 réfugiés sierra léonais.

A Bong, un comté du nord-est, au moins 30 000 personnes, y compris les habitants et les déplacés des camps aux alentours de Gbarnga, une localité du centre, se déplacent aussi à cause de la recrudescence des combats. Environ 20 000 sont entrain d'être logés dans quatre camps mis en place pour les déplacés dans une localité appelée Totota, a rapporté OCHA.

Les affrontements entre les troupes gouvernementales et les rebelles du groupe Libériens unis pour la réconciliation et la démocratie (LURD) continuaient à Ganta, une localité du comté de Nimba fortement peuplée, à 247 km au nord-est de Monrovia. Ganta, un autre fief du président Charles Taylor, a été attaqué vers samedi midi par ce que le ministre libérien de la Défense, Daniel Chea, a décrit comme des rebelles des LURD qui battaient en retraite de Gbarnga.

Le LURD se bat depuis 1999 pour renverser M. Taylor. Depuis le début de l'année, ils ont intensifié leur offensive et seraient aux portes de Monrovia.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join