1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République du Congo

Echange de prisonniers entre le gouvernement et les rebelles

Le gouvernement de la République du Congo (Congo) et les rebelles Ninja ont
procédé à un échange de prisonniers dans le cadre de leur accord conclu pour restaurer la paix dans le Pool, une région déchirée par la crise.

En tout, 39 prisonniers ont été remis en liberté ce mercredi, 21 rebelles
Ninja et 16 soldats du gouvernement ainsi que deux femmes qui ont accouché
pendant leur période de captivité qui a duré plus d'un an. Le Comité
international de la Croix-Rouge a agi en qualité de médiateur dans cet
échange de prisonniers.

Le gouvernement et les rebelles du Conseil national de transition (CNR),
dirigé par le Révérend Frédéric Bitsangou, alias Pasteur Ntoumi, ont conclu un accord le 17 mars pour restaurer la paix dans la région. Le chef des rebelles Ninja a affirmé qu'il mettrait un terme aux hostilités et désarmerait ses combattants. De son côté, le gouvernement a fait savoir qu'
il garantirait une amnistie offerte aux rebelles et les réintégrerait dans
les rangs de l'armée régulière. Les hostilités entre le gouvernement et les
rebelles ont débuté dans la région du Pool fin mars 2002.

Le ministre Isidore Mvouba est intervenu au cours de la cérémonie d'échange de prisonniers pour annoncer la mise en oeuvre du processus de paix.

Prenant la parole au nom du chef rebelle Ninja, Morlam Petit a déclaré que cette action « prouvait que de notre côté nous étions totalement engagés à rétablir une paix durable dans le Pool, ainsi que dans d'autres régions ».


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join